top of page

51e anniversaire de la création du Front Polisario: les sahraouis déterminés à poursuivre leur combat pour l'indépendance

L'Institut national d'études de stratégie globale (INESG), en collaboration avec le Centre sahraoui des études stratégiques, a organisé dimanche à Alger une journée d'études intitulée "La cause sahraouie au cœur de la conscience mondiale", à l'occasion du 51e anniversaire de la création du Front Polisario.


Cet événement a mis en lumière la justesse de la cause sahraouie et l'engagement indéfectible du peuple sahraoui à poursuivre la lutte armée jusqu'à l'indépendance.


Dans son discours lors de cette journée, le Directeur de l'INESG, Abdelaziz Medjahed, a souligné l'importance de sensibiliser l'opinion publique internationale à la cause sahraouie et d'éveiller les consciences sur cette question de décolonisation.


L'ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) en Algérie, Abdelkader Taleb Omar, a mis en avant dans son intervention intitulée "Poursuite de la lutte" l'unité du peuple sahraoui sous la bannière du Front Polisario, sa détermination à libérer sa patrie et son adhésion aux institutions de son pays pour la liberté. Il a souligné la légitimité de la cause sahraouie dans tous les forums internationaux.


Le représentant du Front Polisario aux Nations unies, Sidi Mohamed Amar, a quant à lui affirmé que "la seule solution réaliste à la question sahraouie demeure l'organisation d'un référendum libre et régulier pour permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination".


De son côté, la coordination des associations de la communauté sahraouie en France a demandé la cessation de la politique de terre brûlée menée par le Maroc à l'encontre des civils sahraouis, notamment par la destruction ou l'incendie de leurs habitations et la confiscation de leurs terres et biens. Elle a également appelé le Conseil de sécurité de l'ONU et le Comité international de la Croix-Rouge à garantir la protection des civils sahraouis conformément au droit international humanitaire.


En outre, la communauté sahraouie en France a insisté sur le droit inaliénable du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépendance, conformément aux résolutions des Nations unies. Elle a dénoncé le mépris affiché par le Maroc envers le droit international, évoquant son implication dans des affaires de trafic d'influence au Parlement européen et son utilisation présumée du programme d'espionnage Pegasus pour exercer des pressions sur les journalistes et les personnalités politiques.


Le Collectif a également appelé tous les pays, notamment la France, à cesser de soutenir économiquement les activités dans les territoires occupés du Sahara occidental, soulignant que cette pratique violait le droit international et contribuait au maintien de l'occupation.


Malgré l'intention de la communauté sahraouie en France de se rassembler en solidarité avec les prisonniers politiques sahraouis à la place Saint-Jacques Bressuire (France), l'événement a été interdit par arrêté préfectoral la veille.


Plusieurs conférences ont été données lors de cette journée de commémoration, notamment sur le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination, la crédibilité de l'ordre mondial à trouver une solution juste à la cause sahraouie, la doctrine expansionniste du Maroc, ainsi que sur "la guerre des cartes". Une exposition de photos et de livres retraçant les étapes importantes de la lutte du peuple sahraoui a également été organisée.


À la fin de la journée, un mémorandum d'entente a été signé entre l'INESG et le Centre sahraoui des études stratégiques pour coopérer dans le domaine scientifique.


La Rédaction

25 vues

Comments


bottom of page