top of page

Abattu alors qu’il faisait du jet ski: Le corps d’Abdelali Mchiouer remis à sa famille au Maroc par les autorités algériennes


Quatre mois après le drame de "Saidia", la dépouille du marocain de 39 ans, Abdelali Mechiouer, tué le 29 août 2023 par la marine algérienne, a enfin été restituée à sa famille, hier, jeudi 21 décembre, au poste frontalier Zouj Bghal. Même si les frontières entre les deux pays sont fermées depuis 1994, ce point de passage ouvre occasionnellement, pour, notamment, rapatrier les personnes décédées.

Abattu alors qu’il faisait du jet ski: Le corps d’Abdelali Mchiouer remis à sa famille au Maroc par les autorités algériennes
En septembre dernier, à Rabat (Maroc), des manifestants protestaient contre la mort de deux de leurs ressortissants tués par les garde-côtes algériens. Parmi, les victimes, Abdelali Mchiouer dont le corps vient d'être restitué à sa famille. AFP/Fadel Senna


Résidant en région parisienne, commerçant sur les marchés de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et père de famille, le corps d'Abdelali était retenu depuis près de quatre mois dans une morgue à Tlemcen (Algérie). Hier, la justice algérienne a restitué la dépouille à sa famille. Il aurait été tué le 29 août par des tirs attribués à une unité des garde-côtes algériens alors qu’il naviguait sur un scooter des mers en compagnie de trois de ses amis.


Deux hommes, dont Abdelali Mchiouer, avaient été abattus ce jour-là par les garde-côtes algériens


Le corps sans vie de Bilal Kissi, Franco-Marocain de 28 ans, a été retrouvé le lendemain sur une plage marocaine. Son frère, Mohamed Kissi, 33 ans, qui avait réussi à s’enfuir à la nage, est le seul à avoir retrouvé sa famille sain et sauf. Ismail Snabi, un Français de 27 ans – également de nationalité marocaine – , a, lui, été emmené par les garde-côtes. Il a été condamné en appel par la justice algérienne à trois mois de prison ferme pour « entrée illégale » et à douze mois ferme pour « contrebande de véhicule », ainsi qu’à 15 millions de dinars d’amende (100 000 euros), soit cinq fois la valeur du jet-ski, selon les douanes, qui se sont portées partie civile.


Selon la version Algérienne, quatre vacanciers se trouvaient illégalement dans leurs eaux territoriales. «  Après avoir lancé un avertissement sonore et les avoir sommés de s’arrêter à plusieurs reprises, les mis en cause ont refusé d’obtempérer et ont pris la fuite en effectuant des manœuvres dangereuses », avait-elle indiqué dans un communiqué en septembre 2023.

Des coups de feu avaient ensuite été tirés.


Saisis par la famille d'Abdelali Mchiouer, l’avocat français Hakim Chergui et sa consœur marocaine Ghizlane Mouhtaram, se sont démenés pour retrouver puis récupérer le corps, récupéré par les autorités algériennes. Contestant la version officielle, les deux avocats estiment de toute façon que  « s’il y avait eu un refus d’obtempérer, il ne donnait pas droit à la force létale. »


« Nous avons été confrontés à un mur de silence, à tous les étages du pouvoir en Algérie », déplore Maitre Chergui, qui a rencontré, le 14 novembre, le vice-consul d’Algérie à Casablanca pour une nouvelle fois plaider la cause de la famille, qui souhaitait inhumer au plus vite son défunt. L'avocat évoque un « chemin de croix » pour récupérer le corps, désormais « entre les mains de la justice marocaine ».


« On savait qu’il s’agissait d’Abdelali Mchiouer, mais nous n’avions aucune confirmation des autorités algériennes. On ne nous répondait pas, c’était l’omerta. Je ne savais pas vers qui me tourner », confie MChergui à la presse.


Le corps de la victime, Abdelali Mchiouer devrait être autopsié sur demande de la justice marocaine qui avait ouvert une enquête, l’été dernier, pour déterminer les causes de son décès. L’inhumation est prévue ce vendredi à Oujda, sa ville natale. Pour sa famille, le deuil peut commencer.


La rédaction









13 vues
bottom of page