top of page

Affaire "mouvement Rachad" contre le journaliste "Meziane Abane": le procès est fixé pour 2024


La 17ème chambre correctionnelle du tribunal judiciaire de Paris a programmé la date du procès intenté par le Mouvement islamiste Rachad contre le journaliste et rédacteur en chef du site d'information l'Avant-Garde Algérie, pour le 7 mars 2024.


"J'informe les camarades de lutte, la presse et l'opinion publique que la date du procès intenté contre moi par le Mouvement islamiste Rachad à Paris est désormais connue." , affirme le journaliste Meziane Abane sur sa page officielle "Facebook".


Et de préciser que "le tribunal a décidé aussi que ce soit la seule affaire traitée ce jour-là."


Poursuivi par le mouvement islamiste Rachad pour "diffamation et injure contre ses membres",

le rédacteur en chef du site d'information Lavantgarde-algerie.com, précise que l'affaire est basée sur des propos tenus, dans un live facebook, où il (Meziane Abane) a "dénoncé les pratiques de ce mouvement sur la place de la République, le 28 juin 2020".


Il affirme par la même occasion qu'il a "failli être agressé -ce jour-là, si ce n’est l’intervention de quelques militants démocrates présents sur les lieux".


"Ce sont ces derniers qui m’ont protégé et qui m’ont extrait sain et sauf de la Place de la République", poursuit le journaliste.


S'inspirant de Hachemi Chérif, précurseur et architecte de la double rupture, Meziane Abane dit avoir créé le " Mouvement Double Rupture" au lendemain de "cette agression", désignant ainsi "l’alliance Islamistes-militaires" , qui a "tenté de noyer la Kabylie" affirme le journaliste.


Meziane Abane explique que son mouvement "n'a pas cessé de subir les agressions et les campagnes de dénigrement de ce mouvement islamiste et de ses Baltagui".


"Et c’est lui qui a fini par déposer plainte contre moi, et non moi. Ses membres n’ont visiblement pas encore digéré le coup encaissé par leur mouvement depuis cette date du 28 juin 2020. " poursuit le journaliste.


Soupçonné de vouloir surfer sur la vague du mouvement populaire "Hirak" pour imposer l’idée d’un État islamique, les autorités algériennes ont classé le "Mouvement Rachad" comme "organisation terroriste" depuis 2021.



Pour déposer sa plainte cotre le journaliste et rédacteur en chef, le Mouvement islamiste Rachad est passé par sa représentation à Paris, "une association portant le nom du Mouvement, à savoir Association Rachad Paris Île de France" affirme le journaliste.


Une association dont "Yahia Makhiouba est secrétaire et porte-parole , Nazim Taleb président et Karim Delmi vice-président" selon les documents en possession du journaliste.




La Rédaction

54 vues

コメント


bottom of page