top of page

Algérie: Rentrée scolaire en couleurs

Algérie: Rentrée scolaire en couleurs
Algérie: Rentrée scolaire 2023/2024 en couleurs

Le cadran d’horloge affiche sept heures et demie, une fraction de temps qui annonce la fin de l'été. L'atmosphère, imprégnée de cette fraîcheur matinale, porte en elle l'essence de la terre humide, un parfum caractéristique de la transition vers l'automne. Les rues prennent vie.


C'est un spectacle inimitable, un tumulte réjouissant de jeunes écoliers, découvrant pour la première fois le chemin vers l'école, certains guidés par la main bienveillante de leurs parents, d'autres, plus aguerris, marchant seuls avec leur cartable en bandoulière.


L'atmosphère est empreinte de gaieté, un tourbillon de rires et de bavardages enfantins s'élève dans l'air. Les petits écoliers arborent fièrement leurs tabliers roses et bleus, transformant ainsi les rues en une mosaïque de couleurs vives, symboles de cette nouvelle aventure qui s'offre à eux.


En cette année nouvelle, l'élément marquant réside dans la montée des prix des fournitures scolaires, où une simple boîte de crayons de couleurs atteint désormais la somme de 440 dinars.


De plus, une toute nouvelle plateforme numérique a vu le jour, permettant aux parents de transférer leurs enfants d'une école à une autre. L'autre changement significatif est l'introduction d'un deuxième après-midi de liberté pour les élèves, ainsi que l'initiation aux cours d'éducation physique dès le primaire.


Une fois leurs chères têtes confiées aux murs de l'éducation, les parents reprennent le cours de leurs préoccupations quotidiennes.


Cependant, leur retour vers le quotidien est interrompu par une averse soudaine, qui transforme la chaussée en un miroir lisse et dangereux, ralentissant la circulation routière. C'est alors qu'une atmosphère de prudence s'installe dans la ville.


En Algérie, à l'évocation de la pluie, résonne l'idée d'un repas à base de légumes, une tradition ancrée dans le quotidien des familles. Cependant, les étiquettes de prix arborées dans les supermarchés découragent plus d'un citoyen.


La veille, le ministre de l'agriculture avait fait part à la presse de la nécessité pressante d'inonder le marché de ces denrées à des tarifs préalablement fixés, ajoutant une promesse à la longue liste de celles qui l'ont précédée.


Par ailleurs, à l'approche de la nouvelle saison qui débutera après-demain, le 21 septembre, jour de l'équinoxe d'automne, ce même ministre émet des directives concernant la campagne de labours et de semailles.


Toutefois, il exprime des préoccupations quant à la pénurie d'eau qui frappe le pays et insiste sur l'introduction de nouvelles variétés de semences, mieux adaptées au climat.


Pendant ce temps, les avocats, en grève pour une semaine depuis le dimanche 17, reçoivent un premier signe de la chancellerie par le biais d'une réunion prévue en fin de semaine. Néanmoins, les déclarations parues dans la presse laissent transparaître que les deux parties maintiennent fermement leurs positions. Il s'agit là d'une joute normale, également présente dans le domaine de la communication.


La question demeure : qui fléchira en premier dans ce bras de fer ?.



Yacine M

28 vues

Comentarios


bottom of page