top of page

Amnesty International: Lancement d’une nouvelle campagne pour la libération de détenus politiques

Amnesty International, prévoit le « lancement d'une nouvelle campagne pour la libération des détenus politiques en Algérie ».
Amnesty International, prévoit le « lancement d'une nouvelle campagne pour la libération des détenus politiques en Algérie ».

Dans son planning du mois de Septembre en cours, l'ONG internationale, Amnesty International, prévoit le « lancement d'une nouvelle campagne pour la libération des détenus politiques en Algérie ».


Cette campagne prévue pour le 19 septembre prochain, vise à alerter l'opinion publique nationale et internationale sur la dégradation des libertés individuelles, associatives, et la liberté d'expression et d'opinion dans le pays.




L'ONG non-gouvernementale, compte faire la lumière sur les détenus politiques et d'opinions qui croupissent derrière les barreaux pour avoir exprimé leurs opinions. Mais aussi, sur les centaines de militants privés de leurs droits de sortir du territoire national.


Cette campagne coïncidera avec la visite du Rapporteur spécial sur les droits à la liberté de réunion pacifique et à la liberté d'association, en Algérie.


Pour rappel, un appel à contributions pour le mandat du Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits à la liberté de réunion pacifique et à la liberté d’association a été publié dans le cadre de sa visite en Algérie du 16 au 26 septembre 2023.


Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits à la liberté de réunion pacifique et à la liberté d’association effectuera cette visite en Algérie afin d’examiner la situation de la liberté de réunion pacifique et d’association y inclus le cadre normatif en place pour la jouissance de ces droits, les progrès, les défis, les obstacles et les attentes.


En particulier, il prêtera attention à un certain nombre de problématiques telles que les procédures et mesures pratiques pour la tenue des manifestations pacifiques, la facilitation des manifestations par les forces de l’ordre, la surveillance des droits humains lors les manifestations, la situation des syndicats, le financement des campagnes/partis politiques, la situation des groupes les plus vulnérables, et le possible impact des mesures anti-terroristes sur l’exercice des droits à la liberté de réunion pacifique et à la liberté d’association, entre autres.


A cet égard, il tiendra des réunions avec les autorités, les représentant-e-s de la société civile, des journalistes, des avocat-e-s et des associations de barreaux, des syndicat-e-s, et d’autres acteurs pertinents pour cette visite.


Objectifs

A la fin de sa visite, M. Clément VOULE, publiera une déclaration de fin de mission et/ou un communiqué de presse qui inclura des conclusions préliminaires et des recommandations à l’endroit de l’Etat et d’autres acteurs non-gouvernementaux.


Le rapport complet sera présenté au Conseil des droits de l’homme (CDH) durant sa 56e session en Juin 2024.



Les représentant-e-s de la société civile et d’autres parties intéressées sont invitées à soumettre des contributions générales et des propositions spécifiques en ce qui concerne :


  • Bonnes pratiques en matière d'exercice des droits à la liberté de réunion pacifique et d'association dans le pays,

  • Défis et tendances à la restriction de l'exercice des droits à la liberté de réunion pacifique et d'association,

  • Lieux à visiter dans le pays, y compris en dehors de d’Alger

  • Organisations et individus pertinents à rencontrer dans le cadre de la visite du Rapporteur spécial en Algérie,

  • Problématiques urgentes, affectant les droits à la liberté de réunion pacifique et d'association, à discuter ou à demander des éclaircissements au gouvernement.


La rédaction



60 vues

Comments


bottom of page