top of page

Annie Ernaux, un Nobel de la littéraire contesté?





ANNIE ERNAUX Prix Nobel 2022 : "Dans la passion, c’est le rêve qui compte… Tout n’est qu’attente."


Contribution: Le monde littéraire dans son ensemble ne peut être satisfait des choix de l’académie suédoise du prix Nobel de la littérature. Ceux-ci ne représentant que cette institution et non le monde littéraire en général.


En vérité, il y a un chiffre vague et indéterminé de goûts et de critères chez les différents lecteurs à travers le monde. Chacun choisit ce qui lui plaît. Par conséquent, ils ne peuvent s’entendre sur le même choix. Et il y a même ceux qui discutent la séparation de l’œuvre de son auteur ou pas dans le choix !


Premièrement, la lecture ne se fait pas de la même façon. Nous pouvons diviser les gens en deux groupes : les gens de lettres, qui sont des spécialistes du domaine de la littérature, et les autres. À l’origine c’est simple : Certains aiment la littérature, d'autres ne l’aiment pas. Certains lisent, d'autre pas. Il y a ceux qui lisent par amour, chroniquement et avec persévérance et qui, la plupart du temps sont loin des réseaux sociaux ou ceux qui ne montrent aucun symptôme de lecture. Certains lisent selon leur penchant idéologique, théorique, philosophique et économique (socialisme, libéralisme, existentialisme, psychanalyse, féminisme, formalisme, et j’en passe). Il y en a qui lisent provisoirement, momentanément pour casser la routine, comme une habitude bourgeoise ou comme collectionneurs de livres, uniquement pour le but d’apparition.


D’aucuns qui lisent selon l’orientation faite par les médias (la publicité, les émissions culturelles et littéraires), les organisations, et institutions comme les distinctions de Goncourt et Nobel ! Peut-être pour ne pas perdre le fil de l'actualité ou bien ne savent-ils pas quoi lire justement ! Les romans d’Annie Ernaux portent l’aspiration à la liberté des femmes et à la dignité pour les classes populaires avec un style facile et très moderniste au point qu’on ne sent rien de l'imaginaire des romans classiques et avec des personnages sans les distinctions imaginaires des personnages littéraires. « Mémoire De Fille » qui est paru en 2016 parle sur deux années décisives de sa jeunesse.


Un écrivain peut raconter des phases de sa vie comme autobiographie ou inspirer des personnages de sa vie réelle mais ne pas la raconter entièrement. Certains vont jusqu’à l’accuser d’antisémitisme pour avoir critiqué la politique israélienne. Et d’autres pour son soutien au parti de son ami Jean-Luc Mélenchon et avoir assumé pleinement son gauchisme. Comme il y a des islamophobes mécontents parce qu’elle a soutenu le port du voile islamique en France pour celle qui le veut au nom du féminisme et de la liberté religieuse. Chez les français, la gloire d’être la première femme française qui couronne ce Nobel leur a fait oublier l’idée de critiquer ce choix comme ils font ces dernières années.


Les critères et les goûts littéraires ne sont pas universels mais ils ne doivent pas susciter les déferlements de haine. C’est stupéfiant et terrifiant inévitablement ! Les lecteurs libres de pensées et sans influence peuvent attendre d’autres noms comme toujours puisque les fondements du choix ne sont pas neutres ou libres mais sont conditionnés par la volonté politique et les intérêts socioculturels des amis et alliés des suédois. Annie Ernaux reste une grande écrivaine du temps présent surtout en ce qui concerne l’auto-socio-biographie, l’intimité féminine et le féminisme en transmettant ses expériences personnelles. Que l'on aime son style ou pas cela reste le choix de l’académie de Stockholm. Et si c’est un choix absurde selon Camus « L'absurde, c’est la raison lucide qui constate ses limites. » Il faut retenir qu'Annie Ernaux mérite peut-être bien ce titre et qu’elle n’est pas une personne détestable mais le choix peut être est-il ainsi.


J'existe si je dis ce que pense. Je suis libre si je n'ai pas peur de faire entendre au public mes propres pensées. Je peux me tromper et ne pas avoir raison, mais je dis ce que certains professeurs et docteurs en littérature, journalistes et auteurs n'ont pas le courage de dire pour ne pas être critiqués. Ils attendent les arguments et les preuves concrètes pour dire ce que tout le monde sait déjà comme ils ont l'habitude de faire.


Annie Ernaux pour ma part est une grande autrice mais elle ne mérite pas le Nobel. Elle n'a rien de Simone de Beauvoir ou Virginia Woolf ou Hannah Arendt. Mieux vaut être la cible de la critique que de se taire devant une réalité assourdissante. C'est l'avis d'un ouvrier qui voit dans l'œuvre de Dostoïevski et James Joyce le sommet de la littérature.


Redouane Krim

55 vues

Comments


bottom of page