top of page

Béjaïa: une table ronde interdite, un militant en garde à vue, un autre faisant objet d'une ISTN


Photo d'illustration: Hirak 2019


Jeudi 22 décembre 2022, les autorités locales ont interdit la tenue d’une table ronde sur Tajmaât, une organisation ancestrale dont la mission est la gestion des affaires courantes des villages en Kabylie.


Selon Berbère télévision qui a rapporté l’information, la raison invoquée par les services de sécurité est « la non-obtention d’une autorisation ».


La rencontre en question, organisée par par l'association Tighri n Bgayet en collaboration avec les associations Agraw, Tafat U Fellah, Racines et traditions et Tafat n Laaziv, avait pourtant obtenu l’avis favorable de l’APC de Sidi Aïch. Elle devait se tenir à la salle de cinéma de la ville, ajoute la même source.


La répression au niveau de la wilaya de Béjaïa ne s’arrête pas là:

Le militant et défenseur des droits humains, Yanis Adjlia, a été arrêté et placé en garde à vue à Béjaïa, ont rapporté des militants locaux.

Les motifs de son arrestation sont encore inconnus. Il serait probablement présenté devant le procureur de la République durant les prochaines heures, affirment les mêmes sources.

Yanis Adjlia, militant et défenseur des droits humains

Dans un post publié sur sa page Facebook, le militant Lyes Touati a annoncé qu’il faisait l’objet d’une interdiction de sortie du territoire national.

« Je viens de sortir du commissariat de Béjaïa où j'ai été notifié que je fait objet d'une interdiction de sortie du territoire national, aussi, ils m'ont retiré mon passeport », écrit-il, indiquant ignorer les motifs de cette ISTN qui, selon lui, « émane du Procureur de Béjaïa ».

Soulignant que « le droit de circulation et de voyage hors territoire national est garanti par la constitution », le militant affirme ne pas renoncer à son « engagement politique » et à son « combat pour la démocratie et la justice sociale ».

Lyes Touati, militant des droits Humains



La Rédaction





11 vues

Comments


bottom of page