top of page

Benyamin Nétanyahou s’oppose à la création d’un Etat palestinien à l'issue de la guerre entre Hamas et Israël

Le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a exprimé ce jeudi 18 janvier son opposition à un Etat palestinien à l'issue de la guerre entre le Hamas et Israël.


Israël a intensifié, ce jeudi 18 janvier, son offensive à Khan Younès, principale ville du sud de la bande de Gaza. L'armée poursuit par ailleurs ses raids en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967, en particulier à Tulkarem (nord-est), et le Premier ministre Benyamin Netanyahu s'est exprimé en fin d'après-midi.


Lors d'une conférence de presse, le chef du gouvernement israélien a déclaré qu'il avait informé les États-Unis de son opposition à la création d'un État palestinien après la guerre.


« Dans tout arrangement futur, Israël a besoin d’un contrôle sécuritaire de tous les territoires à l’ouest du Jourdain. Cela entre en conflit avec l’idée de souveraineté », a déclaré le chef du gouvernement israélien lors d'une conférence de presse. Benyamin Nétanyahou a précisé avoir fait part à Washington de cette opposition à la formation d'un Etat palestinien souverain. « Un Premier ministre doit être capable de dire 'non' quand cela est nécessaire, même à nos meilleurs amis », , a-t-il souligné.


En fin de journée de ce jeudi, une trentaine de groupes de la société civile israélienne, menés par Standing Together et Women Wage Peace, ont organisé une manifestation contre la guerre en cours à Gaza, à Tel Aviv, relate le journal Haaretz.


Environ 2 000 manifestants ont défilé dans la ville, selon le quotidien israélien, brandissant des pancartes où l'on peut lire « Cessez-le-feu maintenant », ou encore « seule la paix apportera la sécurité ».


Dans la soirée. L'Agence France-Presse, citant des commentaires de l'armée israélienne, rapporte que cette dernière dit avoir atteint le point le plus méridional de Gaza depuis le début de son attaque, le 7 octobre.


À Khan Younès, l'armée assure que la brigade Givati ​combat ​« dans la zone la plus au sud dans laquelle les troupes terrestres ont opéré jusqu’à présent ». Les forces israéliennes précisent au passage avoir « éliminé des dizaines de terroristes au corps à corps » sur place.


Selon un bilan annoncé le 17 janvier par le ministère de la Santé du Hamas, 24 620 personnes ont été tuées à Gaza depuis le début de la guerre, le 7 octobre. Les morts sont en majorité des femmes, des adolescents et des enfants. On dénombre près de 62 000 blessés. 



La rédaction










18 vues
bottom of page