top of page

Campagne #أطلڤوهم : Mohamed Boudrina, le journaliste oublié du sud algérien

Dans le cadre de la campagne #أطلڤوهم visant à réclamer la libération des 228 détenus d’opinion en Algérie, un nom retient aujourd'hui l'attention. Celui du journaliste Mohamed Boudrina, injustement incarcéré dans les geôles d'Aflou pour avoir donné une voix aux sans-voix des contrées sahariennes.


Né dans cette modeste commune de Laghouat, Mohamed a très tôt dû assumer les responsabilités d'un chef de famille après le décès prématuré de son père. Malgré les embûches, il persévère dans ses études, animé par l'idéal de servir l’État.


Mais c'est finalement le journalisme qui devient sa vocation, une passion qu'il cultive au prix d'innombrables formations autodidactes. Embauché en 2015 par la chaîne Al-Ajwaa TV, ce fils du désert se consacre à un journalisme de proximité, donnant une voix aux franges les plus marginalisées du sud algérien.


Son regard sociologique aiguisé et sa propre expérience de la précarité le poussent à dénoncer les entraves à l'accès aux services publics dans les contrées les plus reculées de Laghouat. Un travail salué à plusieurs reprises par les autorités locales elles-mêmes.


Mais en couvrant l'insurrection populaire du Hirak en 2019, Mohamed Boudrina scelle son destin. Considérant ce soulèvement comme un moment historique à documenter, il se fait le témoin inlassable des aspirations démocratiques d'une société civile désireuse de changement.


Las, cette obstination à prêter sa plume aux sans-voix lui vaut désormais une incarcération arbitraire de plus de deux ans. Poursuivi pour de fallacieux chefs d'inculpation liés au terrorisme, le journaliste “oublié” croupit dans la prison d'Aflou après avoir écopé de lourdes peines.


Une punition des plus injustes pour ce travailleur acharné, dont le seul crime fut de tenter d'être le porte-voix des laissés-pour-compte du Sud algérien. Une quête de vérité désormais durement réprimée par un régime déterminé à museler toute voix discordante. 


La Rédaction

131 vues

Comments


bottom of page