top of page

Corruption: Le Maroc et le Qatar, soupçonnés d’avoir soudoyé des membres du Parlement européen


Le Qatar et le Maroc sont cités dans plusieurs affaires de corruption en relation avec des parlementaires européens. Le royaume chérifien est au centre d'une nouvelle affaire.


Ces deux royaumes sont soupçonnés d’avoir soudoyé des membres du Parlement européen pour influencer des décisions. Cette nouvelle affaire concerne l'attribution du « Nobel de la paix » du Parlement européen.


Le Maroc aurait intervenu pour influencer la décision du Parlement européen. Grâce à cette intervention, l'attribution du prix Sakharov 2012 a fait échec à la reconnaissance de la lutte sahraouie et a également vu les socialistes voter pour la personnalité défendue par l'extrême droite.


La militante sahraouie Sultana Khaya, aurait été favorite pour gagner le prix Sakharov en 2021. Elle était en concurrence avec la Bolivienne Jeanine Anez, proposée par les partis d’extrême droite.


Ces mêmes sources affirment que contre toute attente, «le groupe socialiste a donné une consigne de vote à ses députés, par email, pour voter pour le candidat de l’extrême droite».



L'attribution de ce prix à la bolivienne et les révélations sur ces soupçons ont fait réagir la militante sahraouie Sultana Khaya, hospitalisée en Espagne depuis quatre mois.


« En fait, en tant que défenseurs des droits humains au Sahara occidental, nous avons perdu espoir il y a des années dans les institutions européennes, le Parlement, la Commission européenne et le reste des institutions », a-t-elle déclaré.



Assignée à domicile, pendant 18 mois, Sultana Khaya a été évacuée en Espagne «pour bénéficier d’une prise en charge médicale des séquelles physiques et psychologiques des agressions subies aux mains de la police », affirme l'ONG Amnesty International.



Le Parlement européen est secoué, depuis plusieurs semaines, par un scandale de corruption. Des eurodéputés sont soupçonnés d’être soudoyés, à coups de centaines de millions d’euros, par le Qatar et le Maroc. La vice-présidente du Parlement et élue socialiste grecque Eva Kaili a été arrêtée, vendredi 9 décembre 2022, et mise en examen pour corruption, blanchiment d'argent et organisation criminelle en lien avec le Qatar.




La Rédaction

8 vues

留言


bottom of page