top of page

Droits humains à l’épreuve du temps: 75 ans après la déclaration universelle des droits de l’homme



Il y a soixante-quinze ans, le 10 décembre 1948, les Nations-Unies adoptaient la déclaration universelle des droits de l’Homme, un texte historique qui affirmait les droits fondamentaux de l’Homme.


Bien que cette déclaration ne soit pas juridiquement contraignante, elle demeure une référence incontournable pour tous les peuples du monde, qui aspirent à la dignité, à la justice et à la paix. Même les régimes autoritaires, qui bafouent ces droits, se réclament du langage des Nations-Unies pour prétendre qu’ils respectent la démocratie et la liberté d’expression.


Cette année, l’ONU célèbre cet anniversaire en axant ses actions sur trois volets :


1/ Des actions qui soulignent l’importance de la diversité, de la solidarité et de la Déclaration universelle des droits de l’homme pour faire face aux enjeux globaux. Il affirme que les droits de l’homme sont inaliénables et qu’ils doivent guider nos actions collectives.


2/ Forger l’avenir : ce volet propose d’utiliser le potentiel que représentent les dernières avancées par tous les moyens, y compris la technologie, et d’identifier les obstacles qui bénéficieront de leur mise en application.


3/Soutenir les engagements : Les États Membres et tous les acteurs concernés doivent travailler ensemble afin de constituer une force positive de changement, marquée par la confiance envers l’architecture des droits de l’homme et ses promesses, et par des ressources servant à appliquer les outils nécessaires pour garantir le respect des droits.


Sur le plan national, le ministre des affaires étrangères et de la communauté nationale affirme dans un communiqué publié par l’APS « Algérie demeure disposée à intensifier ses efforts afin de surmonter les défis dans le domaine de protection et de respect des droits de l'homme et la protection de leurs défenseurs et finaliser l'harmonisation de son arsenal juridique national pour l'aligner avec les dispositions de la Constitution de 2020 ».


Cependant, le communiqué ne fait pas référence à la Déclaration universelle des droits de l’homme que l’Algérie a pourtant ratifiée mais à la constitution de 2020 sachant que sur le plan juridique, les textes internationaux supérieurs aux lois nationales.


Sur le plan international, cette commémoration se déroule dans un contexte de guerre où les israéliens perpétuent un massacre du peuple palestinien sous les yeux du monde entier, à travers les écrans de télévision. La déclaration des Nations-Unies est ainsi foulée aux pieds, une fois de plus.


En ce jour anniversaire, souvenons-nous du rêve des Nations-Unies. De voir les droits de l'homme respectés par tous les pays.


La réalité est loin de cette utopie. Et tant de peuples souffrent encore de l'oppression et de l'oubli.


Yacine M

29 vues

Comentarios


bottom of page