top of page

En détention provisoire depuis 309 jours, l’état de santé d'Abderrahmane Zitout inquiète sa famille


Arrêté à son domicile le 30 Mars 2022, Abderrahmane Zitout est âgé de 41 ans et père de 4 enfants. Il est depuis, en détentions provisoire sans perspective de libération. Le 14 août 2022 il entame une grève de la faim pour protester contre sa détention arbitraire et le manque de soins.


N’appartenant à aucun mouvement ou parti politique, Abderrahmane Zitout est plutôt connu pour sa participation à la vie associative de sa ville. Son seul tort serait "son lien de parenté avec l’ancien diplomate et opposant politique Mohamed Larbi Zitout" indiquent ses proches.


Se basant sur les aveux du lanceur d’alerte, ancien militaire, Mohamed Azzouz Benhalima, lui-même accusé de "terrorisme" , Abderrahmane Zitout est de fait accusé d’"activités terroristes", de "compromettre l’intégrité de la patrie", de "porter atteinte à la sécurité publique et à l’ordre public", de "recevoir de l’argent dans le but de compromettre la sécurité de l’État". De santé fragile, toutes ses demandes de libération ont été refusées, sous prétexte que "cela nuirait au déroulement de l’enquête".


"Mon frère a perdu 15 kg en trois mois, il est très malade et ne reçoit aucun soin. Les conditions de détention et la pression psychologique sont telles que sa santé est menacée et sa vie est en danger....Abderrahmane risque de mourir en prison". C'est ce qu’indiquait sa sœur Mme Zoubida Zitout au micro de www.laradiodessansvoix.org


Contactés par la rédaction, ses proches affirment que "sa santé se dégrade de plus en plus et son moral est au plus bas". "Sa famille lui rend visite tous les Quinze jours accompagnée parfois de ses enfants. Elle parcourt 1000 km pour une visite qui dure 15 minutes" , poursuit notre interlocuteur.


"Etant l’homme de la maison, ses enfants et ses parents âgés et malades souffrent terriblement. Ils attendent tous que son audience soit programmée", affirme notre interlocuteur.


"Souffrant de pathologies qui se sont aggravées depuis sa détention (une Hernie discale et un Ulcère gastrique). Abderrahmane est en fauteuil roulant. Il est sujet à des palpitations cardiaques liées aux deux grèves de la faim qu'il avait observé comme ultime recours pour dénoncer l'arbitraire. Son rendez-vous pris chez un grand professeur en ophtalmologie basé en Belgique n’a pas pu avoir lieu, et ses problèmes dentaires se sont envenimés en raison des conditions pénitentiaires", conclut notre interlocuteur.


Il est important de préciser, que les avocats d'Abderrahmane Zitout, Me Toufik Belala et Me Ali Fellah n'ont jamais souhaités répondre à nos questions.



La Rédaction





105 vues

Comments


bottom of page