top of page

Gara Djebilet-Tindouf: Le nouvel eldorado qui va changer le destin de la Saoura et de l’Algérie

La mine de Gara Djebilet de Tindouf, autrefois un rêve nourrissant les aspirations de plusieurs générations d’algériens et de géographes de toute nationalité depuis notre indépendance, est désormais une réalité concrète.


En effet, sa production a été enclenchée en 2022. Toutefois, le transport du précieux minerai depuis Tindouf vers Bechar se fait actuellement par camion, ce qui impacte considérablement sa rentabilité.


Ce projet pharaonique qui a englouti des milliards en études vaines a pris forme quand la France coloniale l’a repéré en 1952 à Gara Djebilet dans cette contrée lointaine, ce bout de terre perdu à 150 km au sud de Tindouf et à une vingtaine de km de la frontière mauritanienne au paysage lunaire parsemé de petites collinettes « Gara » sur une superficie de 130 km2.


Tel un véritable bond dans le temps, voici qu'aujourd'hui se déroule devant nos yeux une ruée vers le South-Far algérien, rappelant ainsi les temps mythiques du Far-West américain où l'or convoité ramenait les plus audacieux vers l'Ouest américain. Mais cette fois-ci, ce n'est pas l'or qui exerce cette irrésistible attraction, mais bien un eldorado aux richesses inépuisables essaimé de ce minerai magnétique, de teinte foncée noir bleuté, noir brun ou noir rougeâtre qu’est le fer.


En effet, nous assistons à l'émergence d'un nouveau paysage économique avec l'arrivée fracassante du consortium chinois CMH, qui exploite déjà la mine. Il est accompagné par le turc Tossyali, qui n'a pas hésité à saisir cette incroyable opportunité pour investir dans la sidérurgie dans la zone industrielle de Bechar aux côtés de l'Algéro-Qatari Steel (AQS). Mais ce n'est pas tout, car l'algérien Manadjim El Djazaïr (Manal) se joint également à cette aventure en investissant dans un autre complexe sidérurgique situé à Bechar.


Cependant, pour optimiser l'environnement, une initiative ferroviaire de grande envergure est nécessaire afin de traverser les vastes étendus arides des regs et des Hamadas et ces terrains accidentés en forme de canyons, s'étendant à perte de vue sur une distance interminable de 1 000 km. Un imposant train minéralier retentira de trois sifflements avant d'arriver à la gare de Tindouf, complétant ainsi le tableau.


Dans le but de faciliter le transport du fer de Gara Djebilet vers le Nord, une ligne ferroviaire de 1 000 kilomètres est actuellement en construction reliant cette région à Bechar. Cette infrastructure permettra de traiter une partie du minerai à Bechar, tandis que l'autre partie sera envoyée au port d'Arzew en vue de son exportation.


N'oublions pas que l'initiative de ce projet consistait à acheminer le minerai à travers l'Atlantique en traversant le Sahara occidental en collaboration avec le Maroc. Un traité a été conclu entre les deux pays en 1972. Cependant, en raison du conflit opposant le Polisario et le Maroc, le projet a été abandonné en 1975.

De nos jours, la ville de Bechar, telle un sphynx, semble destinée à renaître de ses ruines passées.


Jadis célèbre pour sa mine de charbon de Kenadsa, malheureusement abandonnée en 1975, elle trouvera sans aucun doute un nouvel élan grâce à l'établissement de trois complexes métallurgiques. Ces projets d'envergure promettent de générer des milliers d'emplois, tant directs qu'indirects. De plus, l'arrivée en masse de travailleurs étrangers viendra stimuler le secteur de l'hôtellerie et des services, insufflant une nouvelle dynamique à la ville.


Le gisement de Gara Djebilet s’étend sur plus de 131 km². Ses réserves exploitables sont estimées à 2 milliards de tonnes de minerai avec une teneur de 58,57 % de fer.


L’exploitation industrielle du minerai de Gara Djebilet a commencé en 2022 avec une production prévue de 2 à 3 millions de tonnes de minerai par an dans une première étape (2022-2025), puis de 40 à 50 millions de tonnes/an à partir de 2026.


Une première quantité de minerai de fer, estimée à 1000 tonnes, a été extraite de la mine de Gara Djebilet-Ouest en août 2022.


Cependant, l’exploitation du colossal projet de Gara Djebilet, en association avec les initiatives concernant le phosphate à Tebessa et le zinc à Bejaia, présente des risques environnementaux qu’il est crucial de prendre en compte tels la teneur élevée en phosphore : Le minerai de Gara Djebilet se caractérise par une forte teneur en phosphore. Pour obtenir un minerai de qualité, il est nécessaire de procéder à une opération de déphosphoration, qui est à la fois coûteuse et complexe.


En somme, tout en reconnaissant l’importance économique de ce projet, il est primordial que les autorités et les entreprises impliquées prennent des mesures pour atténuer les risques environnementaux associés à l’exploitation minière à Gara Djebilet.


Yacine M

15 vues

Comments


bottom of page