top of page

Il y a 9 ans disparaissait Assia Djebar, figure engagée de la littérature algérienne

Le 6 février 2024 marque le neuvième anniversaire de la disparition d'Assia Djebar, éminente romancière et essayiste algérienne, première femme africaine élue à l'Académie française.


Née en 1936 sous le nom de Fatma-Zohra Imelhayène, Assia Djebar s'est illustrée dès la fin des années 1950 par ses talents littéraires, publiant ses deux premiers romans « La Soif » et « Les Impatients » alors qu'elle n'avait que 21 ans. Elle poursuivra une prolifique carrière jalonnée d'une vingtaine d’œuvres saluées par la critique et traduites dans de multiples langues.


Parallèlement à son travail d’écrivaine, Assia Djebar mènera une fructueuse carrière d’enseignante en histoire et littérature dans son pays natal et à l’étranger. Elle s'adonnera également à l’art cinématographique, réalisant deux films majeurs sur la condition féminine comme « La Nouba des femmes du mont Chenoua ».


Auteure engagée, elle consacrera plusieurs de ses écrits à la défense de la cause des femmes, à l'instar de son roman phare « Loin de Médine » paru en 1991. En 2005, elle entrera dans l’histoire en devenant la première femme africaine à siéger à l’Académie française.


Neuf ans après sa mort, l'héritage intellectuel et artistique d’Assia Djebar continue de rayonner à travers le monde. Son œuvre foisonnante, irriguée par un profond humanisme, demeure une référence incontournable de la littérature maghrébine contemporaine.


Sophie K.

42 vues

Comments


bottom of page