top of page

Iran Focus: Les disparitions forcées, outil du régime iranien pour répandre la terreur


L’Iran est un pays gouverné par le régime autoritaire des mollahs. Il souffre de décennies de violations des droits de l’homme, d’une mauvaise gouvernance, d’une pauvreté généralisée et d’une théocratie qui s’ingère dans la vie privée des Iraniens, écrit le site d'information en ligne "Iran Focus".


En guise de solidarité avec le peuple Iranien, Radio des sans voix partage ainsi l’intégralité de l'article:



Le 16 septembre, des troubles civils et une manifestation nationale ont éclaté dans tout le pays après qu’une femme de 22 ans nommée Mahsa Amini a été tuée par les forces du régime iranien en garde à vue. Elle avait été arrêtée par la soi-disant «police de la moralité» pour avoir prétendument violé la loi sur le hijab obligatoire fabriquée par le régime.

Les rapports sur les premières manifestations ont été partagés sur les réseaux sociaux, mais avec la propagation des manifestations dans d’autres villes et le régime craignant une révolution, tout est devenu sombre. Le régime a décidé de couper l’accès à Internet et aux services téléphoniques pour empêcher la diffusion d’informations. Ce n’était qu’un avant-goût de ce qui allait arriver et de ce à quoi les gens seraient confrontés plus tard à cause d’un crime brutal et inhumain.


L’escalade des protestations généralisées a conduit le régime à ordonner une répression des manifestations avec une violence excessive et des forces létales, y compris des balles réelles, qui ont conduit à l’arrestation de plus de 30 000 personnes et à la mort de plus de 750. Le régime a également répondu par des abus impensables contre le peuple, y compris la torture et les abus sexuels, en particulier contre les femmes.



Sous diverses excuses, le régime a arrêté des personnes à travers le pays à chaque occasion dans les manifestations en cours. Plus particulièrement, le crime de disparition forcée est devenu monnaie courante, parmi les forces de sécurité du régime, pour faire face au nombre de détenus. Il n’y a pas d’estimation précise des personnes qui ont disparu de force.

Les disparitions forcées ne sont pas un phénomène nouveau dans l’histoire troublée de l’Iran depuis que les mollahs se sont emparés du pays. Chaque jour, des milliers de personnes recherchent leurs fils, filles, pères, mères, amis et proches, cherchant où ils ont été détenus, s’ils sont toujours détenus ou, pire encore, s’ils ne sont pas en vie.


Les familles traversent actuellement un stress psychologique et un chagrin, livrés à l’inquiétude imparable concernant le sort de leurs proches, même si beaucoup d’entre eux sont conscients qu’ils ne reverront jamais leurs proches.


Ce crime ne laisse souvent aucune trace. En Iran, les auteurs restent impunis et jouissent d’une impunité totale. Le régime n’hésite pas à faire disparaître des personnes contre leur gré, souvent très soudainement.


Les informations sur les victimes ne sont jamais publiées et leur sort est souvent inconnu.


Les personnes arrêtées savent que leurs familles ne savent pas et ne sauront pas où elles se trouvent et doivent faire face au fait qu’il est peu probable que quelqu’un leur vienne en aide.

Selon les Nations Unies, un acte de disparition forcée est l’arrestation, la détention, l’enlèvement ou toute autre forme de privation de liberté par des agents ou par des personnes agissant avec l’autorisation ou le soutien de l’État. Ça constitue un crime au regard du droit international.

Ce crime viole le droit à la liberté et à la sûreté, le droit à la vie, l’interdiction de la torture, le droit d’être reconnu comme une personne devant la loi, le droit à la vérité et le droit à la vie privée et familiale.


En cherchant sur les réseaux sociaux, notamment Twitter, en utilisant l’expression « ربوده شد » (enlevé), on voit une longue liste de personnes, dont beaucoup de femmes, qui ont été arrêtées par le régime et contraintes de disparaître.




2 vues

Comments


bottom of page