top of page

L'Algérie face à l'inattendu: Élections anticipées et opacité politique

L’APS, l’Agence de Presse Services, a étonné de nombreuses personnes en diffusant aujourd’hui à 17h un bulletin officiel de la présidence.


Ce communiqué révèle de manière inattendue la programmation d’élections présidentielles anticipées pour le 7 septembre 2024, avec la convocation du corps électoral fixée au 8 juin 2024, trois mois avant la date prévue.


Le communiqué de la présidence ne fournit aucune explication sur les raisons de cette anticipation relativement courte, n'expliquant pas pourquoi l'élection a lieu trois mois avant l'échéance normale. Cette opacité suscite des interrogations et des spéculations, avec le sentiment que les décideurs politiques prennent des décisions sans nécessairement les expliquer au peuple.


Malgré le manque de transparence, le peuple est appelé à exercer son droit de vote lors de ces élections anticipées. Cela soulève des questions sur la démocratie et la gouvernance en Algérie, où les décisions politiques semblent être prises de manière opaque et sans consultation politique significative.


Ainsi, dès le début de l'été, les candidats se lanceront dans une course effrénée pour obtenir les centaines de milliers de signatures requises pour leur éligibilité. Ensuite, ce sera au tour de l'ANIE d'examiner minutieusement les dossiers et de traiter les éventuels recours pour les candidatures rejetées. Enfin, débutera la campagne électorale, qui se clôturera obligatoirement le 7 août 2024.


Si bref semble ce délai !


De surcroît, en plein cœur de la saison estivale, les Algériens auront l'esprit tourné vers les flots ou bien égarés à l'étranger pour les vacances, la campagne électorale ne constitue guère leur préoccupation principale.


Yacine M


 

 

59 vues

Comments


bottom of page