top of page

L’armée israélienne a bombardé ses propres citoyens lors de l’attaque surprise du Hamas

Le 27 octobre 2023, soit vingt jours après l’attaque surprise du Hamas contre Israël, la presse israélienne a publié des articles décrivant les actions de Tsahal.


Les articles ont révélé que l’armée israélienne a utilisé des avions, des hélicoptères et des chars pour bombarder ses propres soldats, les civils, ses propres bases militaires et même les maisons des Kiboutz.


Les journaux tels que Tanwer, Lesaker, Haaretz, Grayzone et Yedioth Aharanoth ont tous rapporté ces événements tragiques imputés aux palestiniens.


Des témoignages récents de citoyens israéliens ayant assisté à l’attaque surprise du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre dernier indiquent que l’armée israélienne a tué ses propres citoyens pendant qu’elle se battait pour neutraliser les tireurs palestiniens.


Selon un rapport, l’armée israélienne a reçu l’ordre de bombarder les maisons israéliennes et leurs propres bases lorsqu’elles ont été submergées par les militants du Hamas.


Le rapport ne fournit pas de chiffres précis sur le nombre de citoyens israéliens tués par des tirs amis, mais plusieurs témoins ont confirmé que l’armée israélienne a tué de nombreux non-combattants lors d’affrontements avec des militants du Hamas.


Selon Haaretz, l'armée israélienne a dû reconnaître qu'elle avait bombardé les maisons des Israéliens faits prisonniers pour reprendre le contrôle de Be'eri. Au moins 112 habitants sont morts et d'autres ont été kidnappés.


Les bombardements ont principalement été effectués par des équipages de chars israéliens, détruisant des maisons pittoresques et endommageant les pelouses. On pense que d'autres corps sont encore ensevelis sous les décombres.


Un pilote d'Apache, dans une interview avec le média israélien Mako, a discuté du dilemme difficile de tirer sur des personnes et des voitures qui reviennent à Gaza. Malgré la possibilité que certains de ces véhicules puissent contenir des prisonniers israéliens, le pilote a décidé d'ouvrir le feu, en se disant que le risque de tuer des otages était faible.


Cependant, il a admis que son jugement n'était pas à 100%. Le commandant de l'unité Apache a également exprimé sa compréhension de devoir tirer rapidement dans de telles situations, même s'il n'aurait jamais pensé le faire sur son propre territoire.


Un rapport publié par le journal israélien Yedioth Aharanoth sur les escadrons d'Apache souligne la difficulté des pilotes à distinguer les terroristes des soldats ou des civils au sein des avant-postes et des colonies occupées. Au début, les pilotes tiraient fréquemment sur des milliers de terroristes, mais à un certain stade, ils ont ralenti les attaques et commencé à sélectionner soigneusement leurs cibles.


Yasmin Porat, participante au festival de musique Nova réfugiée dans le kibboutz Be'eri, a déclaré lors d'une entrevue à la radio israélienne que les forces spéciales israéliennes ont éliminé tout le monde, y compris les otages, lors d'une prise d'otages en raison de tirs croisés intenses.


Deux obus de char ont également été tirés sur la petite maison du kibboutz après des échanges de tirs.


Une vidéo sur le compte Telegram de South Responders, montre une voiture remplie de cadavres carbonisés à l'entrée du kibboutz Be'eri. Les autorités israéliennes ont affirmé que ces victimes étaient le résultat de la violence du Hamas.


Cependant, les dégâts sur la carrosserie de la voiture et les corps complètement carbonisés indiquent qu'il s'agit d'un missile Hellfire.


Sur les 1400 israéliens morts lors de l’attaque du Hamas de 7 octobre, environ 300 parmi eux ont été tués par l’armée israélienne.


Yacine M

21 vues

Comentários


bottom of page