top of page

La journée internationale contre la corruption: en Algérie un lanceur d’alerte est emprisonné

Chaque année, le neuf décembre, les Etats-membres de l’ONU célèbrent la ratification de la CNUC, la « Charte des Nations-Unies contre la corruption ». Mais en Algérie, cette journée est passée inaperçue.


Les associations autonomes, qui organisaient des évènements ou des communiqués pour sensibiliser à cette cause, sont désormais dissoutes comme la LADDH, SNAPAP et RAJ.


Le lanceur d’alerte anti-corruption, Noureddine TOUNSI qui dénonçait les malversations, croupit dans les prisons d’El Harrach, en attendant son procès le 27 décembre.


Le gouvernement, quant à lui, reste muet et indifférent à cette date. Ainsi, le neuf décembre s’écoule comme un jour ordinaire, sans bruit ni éclat, comme les nuages qui passent sans pluie.

Par ailleurs, dans le monde entier, les lanceurs d’alerte sont le meilleur rempart contre la corruption.


C’est pourquoi la convention des nations-unies leur accorde un cadre juridique qui vise à les soutenir et à les défendre face aux risques de représailles ou de menaces.


En effet, les articles 32 et 33 de la charte énonce clairement pour les témoins et personnes dénonçant la corruption une totale protection comme suite :


« Chaque État Partie prend, conformément à son système juridique interne et dans la limite de ses moyens, des mesures appropriées pour assurer une protection efficace contre des actes éventuels de représailles ou d’intimidation aux témoins et aux experts qui déposent concernant des infractions établies conformément à la présente Convention et, s’il y a lieu, à leurs parents et à d’autres personnes qui leur sont proches ».


En outre, la convention assure pour les personnes et les témoins d’autres assurances et conforts : « À établir, pour la protection physique de ces personnes, des procédures visant notamment, selon les besoins et dans la mesure du possible, à leur fournir un nouveau domicile et à permettre, s’il y a lieu, que les renseignements concernant leur identité et le lieu où elles se trouvent ne soient pas divulgués ou que leur divulgation soit limitée ».


En Algérie, La corruption est un fléau qui ronge notre société, qui détruit les valeurs, qui mine la confiance. Elle est le poison qui s'infiltre dans les veines de nos institutions, qui gangrène les rapports entre les citoyens, qui étouffe les espoirs de progrès.


Elle est la plaie qui saigne les ressources, qui creuse les inégalités, qui nourrit les violences. Elle est l'ennemie de la démocratie, de la justice, de la dignité. Elle est le mal qu'il faut combattre, sans relâche, sans compromis, sans peur.


En ce jour de mémoire, rendons hommage à tous les lanceurs d'alerte qui qui sont en prison, à ceux qui osent braver les dangers pour dénoncer la corruption.


Ils sont les héros anonymes qui défendent nos droits et nos libertés. Ils sont les gardiens de notre conscience et de notre honneur.


Yacine M

57 vues

Comments


bottom of page