top of page

"Le pilote disparu: une femme soumise à la raison d’État": un livre retraçant "l'affaire Bréant"


Le 24 mars 1969, Gilbert Bréant, un jeune militaire français, avec son co-pilote suisse, disparait au large de l’Egypte. 54 ans plus tard, Maryvonne, sa femme, qui avait à l’époque 22 ans et  deux enfants en bas âge, ne connaît toujours pas les circonstances de la mort de son mari.


La mort troublante de Gilbert Bréant, le 24 mars 1969, revient à la surface de l'actualité. Le jeune pilote saumurois, qui était alors âgé de 24 ans, avait brusquement disparu au-dessus de la Méditerranée. Son Biper Aztec n'a jamais été retrouvé.


La France refuse toujours d’ouvrir les archives. Dans un livre, Maryvonne et son avocat Bertrand  Salquain raconte plus de 50 ans de recherche pour connaître la vérité. Du week-end chez les Pompidou juste avant le départ de son mari. De Jean de Broglie, Président de la commission des affaires étrangères, qui jure jusqu’à son assassinat en 1976, que ses services multiplient les démarches pour élucider les circonstances de la disparition de l’avion. De Robert Boulin, Ministre de la Santé, qui lui demande de s’adresser à la sécurité sociale marocaine, car l’avion est marocain et la mission est civile. Du Général De Gaulle qui lui a envoyé ses condoléances. Mais pour la vérité, rien !


Ce livre est une plongée dans l’univers des réseaux d’espionnage de la Vème République et de ces missions secrètes qui ne sont pas sécurisées par l’État français.

 

Maryvonne Bréant, est la veuve de Gilbert Bréant. Elle a aujourd’hui refait sa vie mais se bat toujours pour connaître la vérité.


Bertrand Salquain est avocat, spécialisé dans les dysfonctionnements de la justice et les abus de l’administration.


Intitulé, « Le pilote disparu : une femme soumise à la raison d’État », le livre sortira le 14 février. Il est coécrit par Bertrand Salquain et Maryvonne Bréant et retrace toutes les étapes de la disparition de Gilbert Bréant lors d’un vol pour une mission secrète en 1969.


L’ouvrage pose aussi la question du droit à la vérité pour les familles à la suite d’une affaire classée « secret d’État ».



La famille de Gilbert Bréant pense que son avion a été abattu alors que les pilotes photographiaient un théâtre de guerre. © Photo Le Courrier de l'Ouest - Laurent COMBET


En 2014, Maryvonne Bréant rencontre Bertrand Salquain, avocat trélazéen, spécialisé dans les dysfonctionnements de la justice et les abus de l’administration. Il est aussi, à ses heures, artiste peintre : la rencontre a lieu lors du vernissage d’une exposition du Trélazéen.


Le professionnel du droit se saisit de l’histoire de la femme du militaire, et va se passionner pour la recherche de la vérité. La tâche est ardue, le dossier très complexe mais laisse un champ des possibles pour envisager la reconstitution de la tragédie qui, au demeurant, semble faire partie des secrets d’État.


L’enquête les immerge alors dans la galaxie mystérieuse des réseaux d’espionnage !


La rédaction

11 vues

Comments


bottom of page