top of page

Le secrétaire général de l’ONU: «le monde ne peut pas se permettre que le Liban se transforme en un autre Gaza»

Le Secrétaire général de l'ONU a exprimé vendredi sa profonde inquiétude face à l'escalade de la violence et de la «rhétorique belliqueuse» entre Israël et les militants du Hezbollah de part et d'autre de la frontière avec le Liban, avertissant qu'un faux pas pourrait déclencher une catastrophe pour l'ensemble de la région et au-delà.


La situation le long de la ligne bleue, qui délimite les forces armées israéliennes et libanaises, s'est détériorée depuis qu'Israël a lancé son offensive dans la bande de Gaza, à la suite de l'attaque brutale du 7 octobre menée par le Hamas et d'autres groupes armés palestiniens contre des communautés du sud du pays.


Jeudi, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, aurait adressé une sévère mise en garde à Israël, alors que l'armée israélienne aurait approuvé les plans d'une offensive dans le sud du Liban.


Prévenir une catastrophe:


S'adressant à la presse au Siège des Nations Unies à New York, le Secrétaire général António Guterresa souligné qu'il fallait éviter une aggravation du conflit au Moyen-Orient.

« Soyons clairs : les peuples de la région et du monde ne peuvent pas se permettre que le Liban devienne un autre Gaza », a-t-il souligné.


« Un geste irréfléchi - une erreur de calcul - pourrait déclencher une catastrophe qui irait bien au-delà de la frontière et, franchement, au-delà de l'imagination », a-t-il ajouté.


Le chef de l'ONU a également souligné que des deux côtés de la Ligne bleue, de nombreuses personnes ont déjà perdu la vie et ont été chassées de leurs maisons et de leurs moyens de subsistance.


Appel à la désescalade immédiate

Il a exhorté les deux parties à « s'engager à nouveau de toute urgence » à mettre en œuvre la résolution 1701 du Conseil de sécurité et à revenir immédiatement à une cessation des hostilités.


Adoptée en 2006, cette résolution a déclenché un cessez-le-feu entre Israël et le Hezbollah, le retrait des forces israéliennes du Sud-Liban et la création d'une zone démilitarisée.

« Le monde doit dire haut et fort que la désescalade immédiate n'est pas seulement possible, elle est essentielle », a déclaré M. Guterres, affirmant qu' « il n'y a pas de solution militaire ».


Il a également souligné la nécessité de protéger les civils, de veiller à ce que les enfants, les journalistes et le personnel médical ne soient pas pris pour cible, et de s'assurer que les personnes déplacées puissent rentrer chez elles.


Les forces de maintien de la paix de l'ONU sur le terrain:


Le Secrétaire général a également souligné que les Nations Unies « s'engagent activement » à promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité, conformément à la résolution 1701.


« Les soldats de la paix de l'ONU, la FINUL, sont sur le terrain pour désamorcer les tensions et aider à prévenir les erreurs de calcul, dans un environnement extrêmement difficile », a-t-il déclaré, ajoutant que l'Organisation soutient pleinement les efforts diplomatiques visant à mettre fin à la violence, à rétablir la stabilité et à éviter des souffrances humaines encore plus grandes dans la région.


« Et nous le faisons alors que nous continuons à faire pression pour un cessez-le-feu humanitaire immédiat à Gaza, la libération immédiate et inconditionnelle des otages et une véritable voie vers une solution à deux États », a conclu M. Guterres.


Source: ONU

33 vues

Comments


bottom of page