top of page

«Le serment de la sincérité» contre Israël: Réaction internationale face à l’opération iranienne

À l’aube naissante de ce 14 avril, quand le monde s’éveillait à peine, une nouvelle de portée mondiale a traversé les ondes. Les radars américains, dans leur veille constante, ont capté des signaux d’objets volants lancés depuis l’Iran, traçant une trajectoire lente mais déterminée vers Israël.


Dans un autre contexte, cette vision aurait pu être confondue avec une célébration, où un festival de lumières éclate en un ballet de jaune et de rouge, illuminant le firmament en une pluie de confettis lumineux dans le ciel d’Israël.


Mais la réalité est tout autre, et ce spectacle n’est pas celui de la joie mais celui de la tension.


L’opération iranienne, baptisée « Le serment de la sincérité », marque le début d’une riposte calculée. Ce nom, choisi par l’Iran, résonne comme l’écho d’une promesse tenue, l’exécution d’un engagement proclamé.


C’est dans cette atmosphère chargée que s’écrit un nouveau chapitre, où chaque acte porte en lui le poids des conséquences futures.


Confrontées à l’urgence dictée par les différences de fuseaux horaires, les agences de presse internationales ont entamé la diffusion de dépêches urgentes.


Les analystes, quant à eux, se tiennent prêts à offrir leurs éclairages sur les plateaux de télévision, apportant leur expertise au cœur de l’actualité brûlante.


Des journaux tels The Guardian, Axios et The New York Times se font l’écho des réactions occidentales, avec un focus particulier sur le ressenti américain face aux événements récents.


Dans un article intitulé « Après l’attaque d’Israël par l’Iran, il faut cesser l’escalade », The Guardian met en lumière la montée des tensions et le risque croissant de conflit au Moyen-Orient.


Le journal souligne l’urgence de mesures diplomatiques pour prévenir une escalade des hostilités, appelant les États-Unis et le Royaume-Uni à exercer leur influence afin de modérer la réaction israélienne et de mettre fin aux agressions iraniennes.


The Guardian observe également que l’attaque israélienne contre l’ambassade iranienne en Syrie semble avoir été une manœuvre délibérée de la part de Netanyahu.


Selon le journal, cette stratégie visait à renforcer sa position politique, à isoler davantage l’Iran et à resserrer les liens avec les États-Unis.


Dans une publication rapportée par le site Axios, le président américain Joe Biden a exprimé une position ferme à Benjamin Netanyahu : « les États-Unis ne soutiendront aucune offensive contre l’Iran ». Selon une source de haut niveau de la Maison Blanche, Biden a personnellement contacté le Premier ministre israélien pour transmettre ce message clair.


La conversation téléphonique révèle que l’administration Biden, ainsi que ses conseillers de premier plan, sont profondément préoccupés par une possible réaction israélienne aux tensions actuelles, craignant des répercussions désastreuses.


Le président Biden a également souligné que la collaboration défensive entre les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et Israël a été cruciale pour contrecarrer l’offensive iranienne, mettant en avant l’importance de la diplomatie et de la coordination internationale dans la gestion des crises.


The New York Times a publié un rapport détaillé sous le titre : « Israël confronté à une attaque sophistiquée de l’Iran ».


Selon le journal, l’Iran a orchestré une offensive d’envergure contre Israël, déployant des centaines de drones et de missiles.


Des experts occidentaux ont qualifié cette attaque de la plus avancée technologiquement depuis le début des hostilités avec Gaza, soulignant ainsi la capacité de l’Iran à développer, produire et exporter des armements de pointe.



Le quotidien a également révélé que l’arsenal iranien, l’un des plus conséquents du Moyen-Orient, comprend un nombre impressionnant de missiles balistiques et de drones.


D’après des sources militaires israéliennes, l’attaque a impliqué l’envoi de 185 drones, 36 missiles Cruz et 110 missiles sol-sol, totalisant 331 engins volants.


La majorité de ces projectiles provenaient directement de l’Iran, tandis qu’une fraction moindre avait été lancée depuis l’Irak et le Yémen.


Dans le contexte actuel de dégradation des relations diplomatiques entre les États-Unis et l’Iran, il est intéressant de constater que, malgré toutes les escalades verbales significatives, les États-Unis se sont toujours abstenus de toute intervention militaire directe contre Téhéran.


De même, ils ont toujours interdit à Israël à mener des représailles.


Cette politique de retenue, adoptée par Washington, soulève des interrogations quant à sa pérennité face aux tensions croissantes actuelles.


La communauté internationale observe avec attention pour voir si cette ligne de conduite sera maintenue ou si un changement de stratégie est à prévoir.


G.B

8 vues

Коментарі


bottom of page