top of page

Le «Watergate grec» face à la justice: un procès emblématique pour la liberté de la presse

Alors que le scandale des écoutes illégales du gouvernement continue de secouer la Grèce, les reporters à l'origine des révélations comparaissent jeudi pour « diffamation ». Sommés au silence par le clan Mitsotakis, ils risquent gros.


La démocratie grecque vacille sous le poids des révélations. Depuis avril 2022, le pays affronte un retentissant scandale d’écoutes illégales orchestrées par le gouvernement conservateur de Kyriakos Mitsotakis. Plus de 15 000 citoyens, dont des journalistes, hommes politiques et militaires, auraient été espionnés à leur insu. L'affaire, qualifiée de « Watergate grec » par les médias, a déjà fait tomber le chef du renseignement. Mais elle est loin d'avoir livré tous ses secrets.


Trois reporters à l’origine des fuites comparaissent ce jeudi pour « diffamation ». Le neveu du Premier ministre, limogé l’an dernier de son poste de chef de cabinet, leur réclame 550 000€ de dommages et intérêts. Derrière ce procès se profile la volonté de museler les investigations sur ce dossier brûlant, s’alarment les ONG de défense de la liberté de la presse.


Le climat se dégrade dangereusement pour les journalistes grecs, de plus en plus entravés et intimidés. Giorgos Karaivaz, lâchement assassiné en 2021, n’a toujours pas obtenu justice. Et le pays a dégringolé à la 107èmeplace mondiale du classement RSF sur la liberté de la presse, lanterne rouge de l’UE. « La situation est désespérée », a même constaté l’eurodéputée Sophia in ’t Veld.


Alors que le Parlement européen s’apprête à passer au crible le respect de l’État de droit en Grèce, l’issue de ce procès-bâillon prend une résonance particulière. Si la justice donne raison aux journalistes, l’espoir d’éclaircir le « Watergate grec » et de rétablir des pratiques démocratiques saines demeure permis. Mais si elle les condamne, ce seront les derniers verrous protecteurs de la liberté d’informer qui céderont. Le verdict très attendu doit tomber dans les prochains mois.


Sophie K/Agences


23 vues

Kommentare


bottom of page