top of page

Liamine Zeroual lance un appel aux algériens à l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance



" Il est des dates dans l’Histoire qui interpellent la conscience d’une Nation qui ne peuvent être occultées, ni oubliées" . C'est avec ces mots que l'ex chef de l'Etat, Liamine Zeroual (1995-1999), a entamé son appel -ce samedi 2 juillet- aux algériens à l’occasion du 60e anniversaire de la proclamation de indépendance du pays.


Et de poursuivre: "Le peuple algérien qui a pu arracher son indépendance au prix de lourds sacrifices a démontré à travers son histoire séculaire et actuelle, la force de sa foi, de son enracinement culturel et de son attachement à son pays. Nous ressentons à la veille la commémoration du 60e anniversaire de l’indépendance, un sentiment de fierté et un immense honneur d’appartenir à cette grande nation.

Notre patrie s’est engagée au lendemain de sa libération dans l’édification d’un Etat jaloux de sa souveraineté, soucieux des besoins multiples de son peuple, sorti de la longue nuit coloniale et solidaire des causes justes des peuples qui luttent pour leur émancipation à travers le monde .

A ce jour, les aspirations de notre peuple n’ont pas été pleinement satisfaites et de graves dérives ont été enregistrées au cours de ces années. Cependant, la flamme et l’esprit de Novembre sont restés gravés et vivaces dans la mémoire collective des algériennes et des algériens. Ce précieux capital a servi à consolider, à chaque épreuve, l’unité sans faille de notre peuple et sa détermination à corriger les dérives et à en atténuer collectivement les conséquences.

Aujourd’hui, plus que jamais, notre pays a besoin de tous ses enfants et de leur engagement afin de bannir à jamais les comportements néfastes du passé et de parachever l’édification d’un Etat moderne, digne des sacrifices de nos Chouhadas et capable de faire face aux multiples défis et aux diverses menaces qui marquent notre siècle.

Ces objectifs portés par de légitimes revendications populaires, ont été exprimés de façon massive le 22 février 2019, à travers un soulèvement pacifique et spontané de dizaines de millions de citoyennes et citoyens. Cette révolution pacifique, à l’instar de celle de Novembre, a suscité respect et admiration à travers le monde. Elle fut l’œuvre d’une jeunesse assoiffée de liberté et fortement nourrie et attachée aux idéaux de Novembre.

Ce grand sursaut populaire a pu mettre fin aux grandes dérives du moment et a surtout redonné l’espoir à chacun d’entre nous de vivre un jour la concrétisation du rêve de nos glorieux chouhadas .

Comme nous le savons tous, les sursauts salutaires de notre peuple se sont toujours manifestés dans les moments les plus difficiles de notre histoire. Ainsi, le monde entier salue encore les succès de notre longue et douloureuse lutte contre le terrorisme et avec nos moyens propres. Plus récemment encore, notre peuple avait fait face honorablement à une pandémie qui a secoué le monde et mis en difficulté beaucoup de pays et non des moindres. Plus que jamais, le peuple algérien est conscient de l’ampleur des défis et des menaces qui pèsent sur lui.

Il sait comment se prémunir de ces dangers car mûri par les épreuves et les expériences du passé.

La défense de la Nation passe avant tout par le rassemblement de tous les Algériens autour d’objectifs communs. Elle passe aussi par la mise à contribution de l’ensemble de nos institutions pour entretenir, surtout auprès de notre jeunesse, la flamme sacrée de Novembre ainsi que le devoir de mémoire et de fidélité.

De même que les liens uniques, qui ont toujours existé entre le peuple algérien et son armée, doivent être maintenus et consolidés en permanence. L’ANP digne héritière de la glorieuse ALN a toujours été au rendez-vous et au service exclusif de son peuple. Elle continue avec succès à faire face quotidiennement à ses obligations constitutionnelles tout en participant activement au redressement de l’économie de notre pays.

Le peuple algérien reste prêt à affronter ces énormes défis, tout en étant convaincu qu’il en sortira vainqueur grâce à son unité et à sa détermination à rompre avec les comportements néfastes du passé.

L’imprégnation d’un élan nouveau à notre pays rend permis tous les espoirs.

Gloires à nos Martyrs

Vive l’Algérie

Liamine Zeroual, le 2 juillet 2022"


Aucun mot sur les détenus d'opinions !


Liamine Zeroual qui coule une retraite sereine à Batna où il réside depuis son départ du palais d'El Mouradia, n'a -visiblement- pas souhaité profiter de l'occasion pour appeler à libérer les détenus d'opinions dont certains croupissent derrière les barreaux et d'autres sont poursuivis en justice pour avoir exercé leur liberté de parole.


En Mai dernier, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune avait reçu un appel de l’ancien président Liamine Zeroual, indiquait la Présidence dans un communiqué. Les deux présidents se sont échangés les vœux à l’occasion de l’Aïd el Fitr.


Liamine Zeroual a également souhaité au chef de l’Etat « toute la réussite dans l’exercice de ses nobles fonctions », selon la même source.



Depuis qu’il a quitté le pouvoir, Zéroual s’est tenu à l’écart des affaires politiques, mais cela l’a pas empêché en 2004 et en 2014 de prendre position contre la réélection du président Bouteflika. Il n’en a pas moins été sollicité pour revenir au pouvoir en 2013, après l’AVC du chef de l’État et les doutes sur la candidature de ce dernier à un quatrième mandat, révéla Jeune Afrique.


Discret, cet ex-militaire, à la tête du pouvoir durant la pire période qu'a connue l’Algérie indépendante, a réapparu au grand jour en 2019.



Dans un texte rendu public, il confirmait avoir bel et bien été invité à une rencontre avec l’ex-patron du renseignement, Mohamed Mediène, qui lui avait demandé de présider une instance de transition. Une proposition qu’il affirmait avoir refusé.



Rencontre dont l’objectif, d’après l’état-major, était de préparer une « campagne médiatique virulente » contre l’armée, visant à faire croire « que le peuple algérien rejette l’application de l’article 102 de la Constitution ».



La démission de Zéroual en 1999, a ouvert, pour l´Algérie, une nouvelle période incertaine : les groupes armés continuaient, en effet, de tuer. Et la situation sociale était explosive.



Lila MOKRI,

Paris, 02/07/2022

123 vues

Comments


bottom of page