top of page

Libération d’un otage au Sahel: le ministère roumain des Affaires étrangères remercie le Maroc

Iulian Ghergut, ressortissant roumain enlevé au Burkina Faso en 2015 par un groupe terroriste lié à Al-Qaïda, a été libéré.


L’annonce a été faite par le ministère roumain des Affaires étrangères qui a remercié le Maroc pour son « soutien important ».


Iulian Ghergut était le plus ancien otage occidental connu du Sahel. Il faisait partie des otages détenus par un groupe terroriste lié à Al-Qaïda, plus précisément au Burkina Faso depuis 2015. Il vient d’être libéré et a pu regagner son pays.


L’annonce a été faite ce mercredi par le ministère roumain des Affaires étrangères qui a remercié le Maroc pour son « soutien important » lors de cette libération, sans fournir davantage de détails.


Sur le réseau social Twitter, le président roumain Klaus Iohannis a réitéré ses remerciements, citant les « partenaires extérieurs qui ont soutenu » la Roumanie « dans cette entreprise difficile ».


Ce n’est pas la première fois que le Maroc intervient dans ce genre d’opérations menées au Sahel.


Le 9 décembre 2022, la presse allemande avait révélé que l’activiste humanitaire Jörg Lange a été libéré grâce aux services de renseignement marocains au Mali.


Dirigeant l’ONG Help au Niger, l’humanitaire allemand avait été enlevé, le 11 avril 2018, par des motards à la frontière avec le Mali en compagnie de son chauffeur qui a été libéré peu après. Âgé de 63 ans, il a passé près de quatre ans et demi en captivité au Sahel.


Selon les sources du Spiegel, les services de renseignement marocains ont établi des contacts avec des groupuscules islamistes dans la région du Sahel pour obtenir la libération de l’otage allemand entre les mains de ravisseurs qui avaient exigé une rançon à sept chiffres. Mais la publication ne précise pas si une rançon a été versée ou non.


Depuis quelques années, le Maroc est de plus en plus présent dans la lutte contre le terrorisme dans la région sahélo-saharienne. Membre de la force multilatérale (Africom), mise en place à l’initiative des USA, il entretient également des relations très étroites en la matière avec les Etats-Unis.


Le Royaume a intégré cette force, créée en 2016, un peu plus tard, en même temps que la Tunisie.


Le Maroc et les Etats-Unis ont mis en place un mécanisme de coopération et de coordination sécuritaire qui est d’ailleurs l’un des axes du partenariat stratégique liant Rabat et Washington.


La stratégie marocaine de lutte contre le terrorisme a changé depuis 2019. Le Maroc, acteur régional de premier rang dans la lutte mondiale contre le terrorisme, a compris que le danger ne venait plus de l’intérieur, mais de l’extérieur, principalement de la zone sahélo-saharienne.


En 2019, les réseaux terroristes éparpillés dans toute cette zone ont commis pas moins de 982 assassinats, soit 41% des crimes recensés dans cette région, selon le quotidien Al Ahdath Al Maghrebia.


La rédaction













12 vues

Comments


bottom of page