top of page

Maroc: Onze migrants meurent dans un naufrage


Samedi 8 avril 2023, au large du Maroc, une embarcation de fortune a sombré, faisant Onze morts. Un seul migrant a pu être secouru.


Onze migrants sont morts noyés après le naufrage de leur embarcation de fortune au large du Maroc, ont indiqué des médias locaux, samedi 8 avril 2023. Le drame s'est déroulé au large de la Plage blanche, près de Guelmim, dans le sud du royaume.


Parmi les victimes figurent « huit Marocains (une femme et sept hommes) originaires de la région de Guelmim, ainsi que trois migrants originaires d'Afrique subsaharienne (un couple et un enfant de moins de deux ans) », a détaillé le site d'information Alyaoum24.


Un migrant, à bord de l'embarcation qui a chaviré, a été secouru, précise la même source.


Une enquête a été ouverte pour élucider « les circonstances de ce drame et identifier les personnes impliquées dans cette opération d'immigration clandestine », ont soulignés les médias marocains, précisant que ces migrants se dirigeaient vers les Iles Canaries (Espagne).


Selon un rapport de l'ONG espagnole "Caminando Fronteras", publié en décembre dernier, plus de 11 200 migrants sont morts ou ont disparu depuis 2018 en tentant de rejoindre l'Espagne, soit six par jour en moyenne.


À elle seule, la route entre les côtes nord-ouest de l'Afrique et les îles Canaries comptabilise 7 692 migrants morts, selon l'ONG.


À partir de la fin 2019, le nombre de migrants tentant la traversée clandestine à travers la périlleuse route migratoire atlantique a bondi lorsque les patrouilles des garde-côtes en Méditerranée se sont intensifiées.


Toutefois, en 2022, l'immigration clandestine a baissé de plus de 25% en Espagne sur un an, une diminution particulièrement marquée dans les arrivées par la mer, a indiqué en janvier le ministère de l'Intérieur espagnol.


« La baisse la plus significative » des arrivées clandestines a concerné les îles Canaries : 15.682 contre 22.316 en 2021, soit 29,7% en moins.


Le ministère Espagnol, a expliqué ce recul par l'accroissement de sa coopération avec les pays d'origine et de transit de l'immigration et le renforcement de « la lutte contre les mafias qui se livrent au trafic d'être humains ». Cette coopération a été favorisée par la fin l'an passé d'une brouille diplomatique entre l'Espagne et le Maroc, sur l'épineux dossier du Sahara occidental.


Situé à la pointe nord-ouest de l'Afrique, le Maroc est un pays de transit pour de nombreux migrants notamment subsahariens qui cherchent à rejoindre l'Europe, depuis ses côtes atlantique ou méditerranéenne.



La rédaction

10 vues

Comments


bottom of page