top of page

Militant associatif de la diaspora: âgé de 73 ans, Mohand Taferka placé en détention préventive

Dans le cadre de la campagne nationale pour la libération des 228 détenus d’opinion, nous découvrons aujourd'hui le profil du détenu d'opinion, Mohand Taferka, le militant associatif de la diaspora placé en détention préventive à l’âge de 73 ans.



Mohand Barrache, plus connu sous le nom de Mohand Taferka, est né le 27 juin 1950 (73 ans) à Ighil Nacer, commune d’Akbou (Bejaia).


Au début de sa carrière, Mohand travaille dans la marine nationale pendant dix ans avant d’intégrer la SONATRACH.


Ses proches le décrivent comme un homme affable qui apprécie le débat surtout sur l’histoire, les langues et les cultures.


Mohand est un amoureux de sa terre natale, la Kabylie, et sa culture. Il a été notamment membre de l’association culturelle Taftilt (lumière).


Mohand a également écrit une pièce de théâtre dans sa jeunesse, mise en scène et jouée par les habitants de son village.


Dans les années 90, Mohand Taferka émigre en France. Il crée l’association Taferka (Afrique en tamazight) en avril 1998 à Montreuil.


Selon Mohand, le nom « Taferka » fait référence à la fois au continent africain et à la terre labourée et féconde (tiferkiwine).


Son association offre des cours de Tamazight et de langues, et organise des conférences sur divers sujets. Elle dispense, également, des cours de danses kabyles et orientales et d’informatique.


En parallèle à ses activités, l’association Taferka propose des services d’assistance juridique et des sorties culturelles et pédagogiques.


En 26 ans d’existence, Taferka a organisé plus de 200 conférences et ses locaux sont devenus un foyer de rencontres culturelles et humaines regroupant des personnes de toutes les nationalités.


En plus de son travail associatif, Mohand Taferka a été animateur à Berbère TV pendant neuf ans. Son engagement dans l’audiovisuel a permis au public de (re)-découvrir des poètes et des écrivains d’expression amazighe.


Dans le cadre de ce travail, Mohand sillonne toute la Kabylie et fait découvrir dans ses reportages les villages et les habitants de la région.


Au cours de ces deux décennies d’engagement, Mohand demeurera toujours bénévole. Il ne touche pas de salaires pour ses activités associatives et médiatiques, et considère que son engagement est motivé par son amour pour la culture amazighe et la solidarité.


Mohand Taferka se rend régulièrement en Algérie pour retrouver les siens et sa terre natale.


Le 27 avril 2023, Mohand est interpellé au port d’Alger alors qu’il embarquait en direction de Marseille, puis conduit par la police chargée de la lutte contre la criminalité transnationale organisée au poste de Saoula (Alger). Il est relâché, mais sera arbitrairement mis sous le coup d’une Interdiction de sortie de territoire (ISTN).


Le 15 novembre 2023, le juge d’instruction du tribunal de Sidi M’hamed le place sous mandat de dépôt malgré ses 73 ans et son état de santé très fragile - il souffre de plusieurs maladies chroniques-.


Son procès est programmé le 21 mai 2024 au tribunal criminel de Dar El Beida (Alger). Il est en détention préventive à la prison de Koléa (Tipaza).



Campagne nationale pour la libération des 228 détenus d’opinion #libérez-les

218 vues

Comments


bottom of page