top of page

Nobel de la Paix à Narges Mohammadi: RSF salue son combat pour les femmes

La journaliste iranienne Narges Mohammadi, Prix Nobel de la Paix 2023
La journaliste iranienne Narges Mohammadi, Prix Nobel de la Paix 2023

L'organisation Reporters sans frontières (RSF) a exprimé sa « très grande émotion » après l'attribution du prix Nobel de la paix 2023 à la journaliste iranienne Narges Mohammadi. Ce prix récompense « son combat contre l'oppression des femmes en Iran », a souligné RSF, saluant le courage et la détermination de Mme Mohammadi.


Persécutée par les autorités iraniennes depuis la fin des années 1990 pour son travail, Narges Mohammadi a de nouveau été emprisonnée en novembre 2021. «Elle doit être immédiatement libérée», a exigé RSF. Depuis la prison d'Evin, près de Téhéran, Mme Mohammadi continue de témoigner sur les conditions de détention des femmes. «Parler pour sauver l’Iran», c'est le titre de l'une de ses lettres publiées depuis sa cellule, où elle purge une peine de 10 ans et 9 mois de prison assortie de centaines de coups de fouet.


Réalisatrice du documentaire «White Torture», Narges Mohammadi ne cesse de dénoncer les violences sexuelles subies par les femmes détenues. C'est ce «combat contre l'oppression des femmes» que le comité Nobel est venu saluer, en décernant son prix à cette journaliste de 51 ans, ancienne vice-présidente de l'organisation de défense des droits humains fondée par la lauréate du prix Nobel Shirin Ebadi.


Mais ce combat lui vaut une répression violente de la part des autorités iraniennes. Depuis avril 2022, Narges Mohammadi est coupée du monde en prison, sans visite ni appel autorisé. De nouvelles accusations ont été portées contre elle pour la maintenir en détention. Début août, sa peine a même été alourdie d'un an de plus, pour avoir publié une autre lettre dénonçant les violences envers les femmes emprisonnées.


«Immense émotion d'apprendre l'attribution du prix Nobel de la paix à la journaliste et défenseure des droits humains Narges Mohammadi. Avec l'équipe de RSF, nous nous battons depuis des années pour elle, auprès de son mari et de ses deux enfants, avec Shirin Ebadi. Le prix Nobel de la paix sera évidemment déterminant pour obtenir sa libération», a réagi Christophe Deloire, secrétaire général de RSF.


Lorsqu'elle a reçu le Prix RSF du courage en décembre dernier, Narges Mohammadi a fait parvenir un message poignant depuis sa cellule, lu par ses enfants. Une lettre où elle disait garder «l’espoir de vaincre», malgré les années d’emprisonnement.


C'est grâce à son courage que le monde peut savoir ce qui se passe dans les prisons iraniennes, où sont détenus une vingtaine de journalistes. RSF a alerté en juin les Nations Unies sur les condamnations répétées visant Narges Mohammadi. En juillet, la Mission d'enquête onusienne sur l'Iran s'est dite «préoccupée» par la détention continue de journalistes et défenseurs des droits.



La Rédaction

84 vues

コメント


bottom of page