top of page

Patrick Baudouin a été élu président de la LDH et Vergiat Marie-Christine vice-présidente



Photo: Page facebook de la LDH


#CongrèsLDH2022 | Patrick Baudouin a été élu président de la Ligue des Droits de l'Homme et Vergiat Marie-Christine vice-présidente. Le nouveau président de la LDH est connu pour son engagement auprès des familles de disparus en Algérie.


Annonce la ligue des droits de l’homme, aujourd’hui Lundi, en précisant:


« Ce binôme succède donc à Salemkour Malik pour porter le combat pour la défense des droits et des libertés menés inlassablement pas notre association ! Patrick Baudouin est membre du Comité central de la #LDH depuis 1973 et membre actif de la FIDH - International Federation for Human Rights dont il a été secrétaire général pendant 9 ans, puis pendant 6 ans président. Il a effectué pour celle-ci de très nombreuses missions à l’étranger depuis 1972 et il en est désormais président d’honneur.


Avocat dans de nombreux procès touchant au droit international, tant en France qu’à l’étranger ou devant les juridictions internationales, il est aussi responsable du groupe d’activités judiciaires de la FIDH, ayant pour objet notamment d’initier et soutenir toutes actions opportunes dans l’intérêt des victimes en matière de justice internationale.


Marie-Christine Vergiat est membre de la #LDH depuis 1983, où elle a tenu nombre de fonctions (responsable de section, de fédération, de plusieurs groupes de travail, membre du comité central et du bureau national).


Elle est aujourd’hui vice-présidente et, particulièrement engagée pour la défense des droits des personnes étrangères et sur les questions sociales, elle représente également la LDH au sein d’EuroMed Droit. Elle a été députée européenne de 2009 à 2019.


Avec ces nouvelles fonctions, ce binôme aura la responsabilité de porter de nouvelles perspectives d’engagement pour la LDH ! ».


De son côté, Me Patrick Baudouin, s’est exprimé en ces termes : « Je suis ravi de prendre la direction de la LDH après tant de présidences prestigieuses. Fort heureusement je ne serai pas seul mais en binôme avec Marie-Christine, en complémentarité, pour nous permettre d'agir utilement, au service & pour le développement de la LDH. Il faut développer, réorganiser la LDH, à une époque de régression des droits et de montée de multiples périls pour les libertés. La montée en puissance de l’extrême droite est une raison à elle seule suffisante pour ne pas rester passif et s'engager. ».



Me Patrick Baudoin, est aussi connu pour son combat auprès des familles des disparus en Algérie, pour la vérité et la justice des crimes commis durant les années 90.


En 2017, la Cour de cassation a confirmé le non-lieu prononcé en janvier 2016 par la Chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Nîmes à l’encontre d’Hocine et Abdelkader Mohamed, dans l’affaire dite de Relizane, privant ainsi les victimes du premier procès sur les crimes des « années de plomb » en Algérie, infirmant ainsi l’ordonnance prise par le juge d’instruction, conformément aux réquisitions du procureur, mettant en accusation les frères Mohamed pour des faits de torture et disparitions forcées commis pendant la guerre civile en Algérie dans les années 1990.


Tout comme les familles des victimes, les avocats étaient aussi indignés par cette décision.


Me Clemence BECTARTE, avocate au barreau de Paris, ayant travaillé sur l’affaire, aux côtés de Me Patrick BAUDOIN, président d’honneur de la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH), et Responsable de son Groupe d’action judiciaire à l’époque, avait répondu aux questions de la Radio des sans voix.


Lila Mokri

6 Juin 2022

63 vues

Comments


bottom of page