top of page

Selon "The Times", la France aurait restitué de faux crânes de résistants à l’Algérie en 2020


Lorsque le gouvernement français a rendu – et l'Algérie a accepté – les crânes de 24 personnes prises comme trophées pendant le régime colonial brutal de la France, les deux nations ont célébré ce geste puissant comme une étape importante dans leurs efforts pour reconstruire leurs liens. Les restes, qui font partie de l'une des plus grandes collections de crânes d'Europe au Musée de l'Homme, ou Musée de l'humanité, à Paris, ont été présentés par le gouvernement algérien comme des "combattants de la résistance", des héros nationaux en Algérie pour leur sacrifice dans la chasse aux Français colonisateurs.



Pas plus tard que ce mois-ci, lorsque la première ministre française, Élisabeth Borne, est arrivée à Alger pour une visite de deux jours, son homologue algérien, Aymen Benabderrahmane, a exprimé sa satisfaction quant au rapatriement, qui a eu lieu en 2020. Mais des documents du musée et du gouvernement français, récemment obtenus par le New York Times, montrent que si six des crânes restitués étaient ceux de résistants, les autres n'étaient pas ou étaient d'origine incertaine. Et tous sont restés la propriété de la France même après leur remise. Aucun des deux gouvernements n'a publiquement reconnu ces faits alors qu'ils cherchent à tirer un avantage diplomatique de la restitution. Le retour imparfait, quelle que soit son intention, est plutôt apparu comme un exemple de ce que plusieurs universitaires et législateurs français considèrent comme un problème plus large de rapatriements souvent secrets, confus et politiquement opportuns par la France qui n'ont pas atteint les ambitions de réparer les torts de l'époque coloniale.



" Les affaires diplomatiques ont prévalu sur les affaires historiques", a déclaré Catherine Morin-Dessailly, une sénatrice française de centre droit qui a longtemps travaillé sur les restitutions de restes. "C'était bâclé, fait en catimini." Le gouvernement algérien n'a pas répondu aux demandes de commentaires, et on ne sait toujours pas pourquoi il a accepté certains crânes qui n'étaient pas ceux de résistants, d'autant plus qu'il a vivement critiqué certains aspects de la politique du président Emmanuel Macron de la France envers le pays, du moins jusqu'à un dégel récent. Le bureau de M. Macron a refusé de commenter, redirigeant les questions vers le ministère des Affaires étrangères, qui a déclaré que la liste des crânes restitués avait été "approuvée par les deux parties", précise le quotidien Américain.



En effet, les ossements ont été restitués en vertu d'un accord signé par les deux gouvernements le 26 juin 2020, qui comprenait une annexe de quatre pages détaillant les identités des restes.

Parmi eux, selon le document obtenu par The Times, se trouvaient des voleurs emprisonnés et trois fantassins algériens ayant effectivement servi dans l'armée française.


A l'heure où la France tente de remodeler sa relation avec l'Afrique, en partie par des engagements de rapatriement d'œuvres d'art et de vestiges de l'époque coloniale, certains universitaires et législateurs s'inquiètent de plus en plus des restitutions qui semblent échapper à la rigueur scientifique et législative. Le ministère français des Affaires étrangères a déclaré que le gouvernement prévoyait de travailler sur une loi radicale pour réglementer les retours futurs. Mais la majorité parlementaire de M. Macron a rejeté une proposition des sénateurs de créer un conseil scientifique consultatif sur les restitutions.


Le gouvernement doit encore examiner un projet de loi visant à faciliter le retour des dépouilles, qui a été adopté par le Sénat en janvier. Et la coalition de M. Macron au Parlement n'a pas approuvé un projet de loi, présenté la semaine dernière par un législateur de gauche, pour restituer tous les crânes algériens. Des sénateurs, ainsi que plusieurs universitaires, ont cité une parure récemment rendue à Madagascar, qui, comme l'Algérie, n'a pas obtenu la pleine propriété de l'objet en raison de l'absence de loi. Ils ont également souligné une épée du XIXe siècle rendue au Sénégal et des statues et des trônes rendus au Bénin dans des circonstances tout aussi troubles. Un rapport du Sénat a déclaré que ces restitutions avaient été effectuées "dans une grande opacité, donnant l'impression que les questions diplomatiques l'emportaient sur tout le reste".


L'ampleur du problème reste largement obscurcie, en particulier lorsqu'il s'agit de restes humains. Le Musée de l'Humanité compte prés de 18 000 vestiges du monde entier.




Lila Mokri


179 vues

Commentaires


bottom of page