top of page

Tahar Khaoua condamné à 10 ans de prison, avec confiscation de tous les biens et avoirs


Le pôle pénal économique et financier de Sidi M’hamed vient de rendre ses arrêts dans le dossier de l’ancien ministre des relations avec le Parlement, Tahar Khaoua, qui lui a infligé la peine maximale, puisqu’il a été condamné à 10 ans de prison et une amende de 3 millions de dinars, avec la confiscation de tous les biens et avoirs.


Une peine de 4 ans de prison a également été infligée à Zakaria Khaoua, le fils de Tahar Khaoua, et la même amende pécuniaire, assortie de la saisie de tous les biens et avoirs saisis.


Le Tribunal de Sidi M’hamed (Alger) a requis, le 27 juillet dernier, une peine de 15 ans de prison ferme contre Tahar Khaoua, 10 ans de prison contre son fils, Zakaria.


Le procureur général a considéré les faits de l’affaire comme un flagrant piétinement des lois de la république par une personne chargée de la préservation de l’intérêt supérieur du pays, car il a usé de sa position et de son influence et étendu son autorité pour obtenir son objectif.


L’ancien ministre Tahar Khaoua est poursuivi dans cette affaire pour trafic d’influence en vue d’obtenir des avantages indus, enrichissement illicite, blanchiment d’argent, menace de diffamation, acceptation de chèques de garantie et faux témoignages.


Le parquet a requis une peine de 7 ans de prison ferme contre l’ancien wali de Batna.


Le tribunal a acquitté l’ancien inspecteur général de l’Etat de Batna, Dabou Slimane, et documenté la suite de l’affaire.


L’ancien directeur de l’Agence CPA de la wilaya de Batna, Abdelhak Abdelaziz a écopé d’un an de prison avec sursis a rapporté le journal Ennahar.



La rédaction

19 vues

Comments


bottom of page