top of page

Tunisie: le témoignage glaçant de Khoubaib Jebabli, illustrant la défaillance de l'État de droit

Dans une vidéo devenue virale, le jeune créateur de contenu Khoubaib Jebabli a livré un récit poignant de son arrestation survenue il y a un an, le 29 avril 2023. Cette narration dénuée d'artifices met en lumière les carences flagrantes du système judiciaire tunisien et les abus perpétrés par certains de ses représentants.

 

L'affaire trouve son origine dans une banale altercation routière à Tunis, lorsque Jebabli s'est retrouvé impliqué dans une dispute avec un autre conducteur. Selon ses dires, il aurait été la première victime de violences physiques avant que la situation ne dégénère. Cependant, les événements ont rapidement pris une tournure kafkaïenne pour le jeune homme.

 

Je pensais pouvoir plaider mes droits, on m'a signifié que j'avais perdu d'avance (...) je portais des traces de coups et pourtant j'ai été le seul à avoir été transféré à Bouchoucha, il a nié les faits malgré la présence de témoins”, relate Jebabli avec émotion.

 

Son témoignage met en exergue les apparentes entraves à l'équité dont il a été victime. Malgré ses blessures, c'est lui qui a été placé en garde à vue dans des conditions déplorables, subissant menaces et intimidations selon ses dires. La partie adverse, décrite comme une personne influente, aurait quant à elle bénéficié d'un traitement de faveur.

 

“Aucun avocat n'a voulu me défendre, ils ne voulaient pas me représenter devant leur confrère, j'ai été livré à moi-même”, déplore-t-il, illustrant les obstacles rencontrés pour bénéficier d'une défense adéquate.

 

In fine, Jebabli affirme avoir été informé que son adversaire avait retiré sa plainte, estimant qu'il avait été “suffisamment puni”. Une issue qui soulève de profondes interrogations sur le respect des procédures et l'indépendance de la justice.

 

Cette affaire, relatée avec une rare intensité émotionnelle, fait écho aux nombreuses voix qui dénoncent la persistance d'un système partial et opaque en Tunisie, plus d'une décennie après la révolution censée instaurer un État de droit.



Sophie K.


40 vues

Comments


bottom of page