top of page

L’Algérie sous la coupe réglée du président

Le président Abdelmadjid Tebboune
Le président Abdelmadjid Tebboune

Le président Abdelmadjid Tebboune vient de signer un décret controversé réorganisant en profondeur les services de la Présidence algérienne. Derrière une refonte administrative de façade se cache en réalité un projet politique inquiétant : un renforcement sans précédent des pouvoirs du chef de l'État, au détriment des autres institutions.


La nouvelle architecture imaginée autour de la fonction présidentielle apparaît complexe et bureaucratique, avec multiplication des postes rattachés directement au chef de l’État. Pas moins de six « missions principales » sont assignées aux collaborateurs directs du président Tebboune. Or, leur formulation extrêmement vague laisse entrevoir un empiétement manifeste sur les prérogatives du gouvernement et du Parlement.


Ainsi, le simple « suivi des affaires économiques » transfère à la Présidence un droit de regard sur la politique économique. De même, la mission de « suivre l'évolution politique et institutionnelle » accorde au chef de l'État un rôle de supervision étendu sur des domaines normalement dévolus au législatif.


Surtout, la mise en place d'un « secrétariat général du gouvernement » directement rattaché au cabinet présidentiel sonne comme une mise sous tutelle de l'action gouvernementale. Cette instance fait doublon avec le poste de Premier ministre, vidant ce dernier d'une partie de ses attributions.


Autre source d'inquiétude : la pléthore de conseillers et collaborateurs mis à disposition du président de la République. Rien que le directeur de cabinet est assisté de 10 directeurs et 4 directions générales. Cette inflation bureaucratique laisse présager d'un alourdissement du fonctionnement de la Présidence.


En outre, certaines formulations laissent planer un doute sur le respect du cadre constitutionnel. Ainsi, la mission d' « assister le président dans l'exercice de ses responsabilités constitutionnelles » pourrait servir de prétexte à des interprétations extensives des pouvoirs présidentiels.


Derrière la communication d'une simple réforme administrative se cache donc un projet politique préoccupant : concentrer entre les mains d'un seul homme les rênes de l'exécutif, du législatif, et même du judiciaire si l'on en juge par certaines formulations douteuses.


Cette dérive autoritaire, qui rappelle les heures sombres du règne de Bouteflika, sonne comme un retour en arrière démocratique en Algérie. Elle laisse craindre un recul des libertés publiques et une personnalisation extrême du pouvoir. À rebours des aspirations démocratiques du peuple algérien.


Sophie K.

1 056 vues

Commentaires


bottom of page