top of page

Algérie: Non-lieu pour l’écologiste Kamel Aissat

Algérie: Non-lieu pour l’écologiste Kamel Aissat
Le professeur et écologiste Kamel Aissat

Soulagement pour le professeur Kamel Aissat. Le tribunal de Béjaïa a prononcé ce dimanche 7 janvier un non-lieu en faveur de cet universitaire, qui était poursuivi depuis juillet dernier pour « diffusion de fausses informations » après ses critiques sur l'exploitation de la mine de Tala Hamza.


Spécialiste des questions environnementales, M. Aissat avait exprimé des réserves quant aux risques écologiques du projet minier de la compagnie Trevali Mining dans la région de Béjaïa. Des mises en garde qui lui avaient valu des démêlés avec la justice, sur fond de tensions autour de ce site aux enjeux économiques mais aussi sanitaires.


Initialement convoqué par la gendarmerie en juillet puis placé sous contrôle judiciaire, l'universitaire risquait gros : le parquet avait requis à son encontre trois ans de prison ferme lors du procès le 24 décembre.


Reste que cette affaire pose question. Comment un scientifique peut-il être inquiété pour avoir émis des réserves, certes gênantes pour les autorités mais pourtant cruciales pour la société ? Son expertise environnementale aurait mérité d'être écoutée plutôt que sanctionnée.


À l'heure où l'Algérie mise sur ses ressources minières pour doper son économie, elle ne peut se payer le luxe d'ignorer les alertes sur la préservation de ses écosystèmes. C'est tout l'enjeu du débat entre développement et protection de l'environnement qui resurgit à travers ce dossier sensible.


SOPHIE K.

37 vues
bottom of page