top of page

Colère à Ankara suite aux propos d'Emmanuel Macron à Alger


Lors de sa visite en Algérie, le président français avait appelé la jeunesse algérienne et africaine à « ne pas se laisser embarquer » par « l'immense manipulation » de « réseaux » téléguidés « en sous-main » par des puissances étrangères qui présentent la France comme « l'ennemie », nommant la Turquie, la Russie et la Chine, et leur attribuant un « agenda d'influence, néo-colonial et impérialiste ». Des propos jugés "inacceptables" par Ankara.


Dés le lendemain 27 août, le porte-parole des Affaires étrangères turques, Tanju Bilgic, a réagi en conférence de presse à Ankara, estimant qu'il est « extrêmement regrettable que le président français, Emmanuel Macron, ait fait des déclarations visant la Turquie, ainsi que d'autres pays, lors de sa visite en Algérie ».


« Il est inacceptable que le président français Macron, ayant du mal à affronter son passé colonial en Afrique, notamment en Algérie, tente de s'en débarrasser en lançant des accusations contre d'autres pays, dont la Turquie », a poursuivi Tanju Bilgic.


« si la France est d'avis qu'il y a des réactions contre elle sur le continent africain, elle devrait chercher la source de ces réactions dans son propre passé colonial et dans ses efforts pour poursuivre encore ces pratiques à travers les méthodes différentes, et elle devrait essayer de les réparer », estime Tanju Bilgic.


« Nous espérons que la France atteindra le plus rapidement possible la maturité nécessaire pour faire face à son propre passé colonial sans accuser d'autres pays, y compris le nôtre », a conclu le porte-parole de la diplomatie turque.


Pour le moment, ni la Chine ni la Russie, partenaires clés de l'Algérie, n'ont encore réagi aux déclarations d'Emmanuel Macron.



Anais Thibault

10 vues

Comments


bottom of page