top of page

Condamnation de Tounsi annulée: la justice algérienne contrainte à un nouveau procès

C'est un rare revers pour la justice algérienne. Le tribunal de Bir Mourad Raïs a été contraint d'annuler la dernière condamnation prononcée contre Noureddine Tounsi, défenseur des droits de l'homme et lanceur d'alerte emprisonné depuis février 2023. La raison ? M. Tounsi avait déjà été condamné définitivement en 2021 pour les mêmes faits.


En reconnaissant avoir condamné deux fois M. Tounsi, les magistrats admettent avoir failli dans leur mission première : rendre une justice équitable en respectant scrupuleusement les textes de loi. Pire, ce cafouillage judiciaire laisse planer le doute sur leur impartialité.


Pour rappel, le tribunal de Bir Mourad Rais a rendu son verdict le 8 novembre dans l’affaire dite « Algérie Part » en prononçant des peines d’emprisonnement contre tous les prévenus.


Le lanceur d’alerte Noureddine Tounsi a été condamné à deux ans de prison ferme pour «publication d’informations et documents classifiés».  On lui reproche d’avoir participé il y a plus de cinq ans à une émission sur la chaîne Beur Tv avec Abderrahmane Semmar, dit Abdou Semmar.


Déjà en détention provisoire, M. Tounsi avait purgé un an de prison pour les mêmes faits, selon son avocat.


L'acharnement contre M. Tounsi, maintenu en détention et reconvoqué le 17 janvier, ne trompe personne. Mais en annulant cette parodie de procès, c'est toute la crédibilité de l'institution judiciaire algérienne qui en a pris un coup. Une brèche dans laquelle les défenseurs des droits de l'homme algériens auront tout intérêt à s'engouffrer.



SOPHIE K.



104 vues
bottom of page