top of page

Découverte d’un clandestin dans le train d'atterrissage: la Présidence dénonce des « manquements graves » à la sécurité à Oran

D'après le communiqué publié par la Présidence de la République algérienne, de sérieux dysfonctionnements en matière de sécurité ont été mis en évidence à l'aéroport international Ahmed Ben Bella d'Oran, suite à l'enquête menée sur l'incident du jeune clandestin Mehdi Rahmani.

 

« L'identification de la responsabilité directe de sept (07) agents de la Direction générale de la sécurité nationale, de la police des frontières, en plus du préfet chef du deuxième groupe de la police des frontières à l'aéroport d'Oran, et le commissaire de police chargé de la sécurité de l'aéroport », indique ainsi le rapport cité dans le communiqué.

 

Outre ces agents de sécurité directement impliqués dans le contrôle des passagers, la responsabilité d'un technicien d'Air Algérie ainsi que de plusieurs hauts responsables administratifs de l'aéroport et de la compagnie aérienne sont également pointés du doigt. Ces conclusions sévères mettent en évidence de probables failles structurelles dans les procédures de sécurisation de l'aéroport oranais.

 

Elles posent la question cruciale : comment un tel défaut de surveillance a-t-il été possible ? Des sanctions administratives sont promises à différents échelons par les autorités. Mais au delà des mesures disciplinaires, c'est toute l'organisation de la sécurité à l'aéroport Ahmed Ben Bella qu'il conviendra de passer au crible.

 

Car les dysfonctionnements révélés par cette affaire auraient pu conduire à une catastrophe encore bien pire que l'hypothermie dont a miraculeusement réchappé le jeune migrant. Une refonte complète des procédures de contrôle des passagers semble s'imposer d'urgence.

 

Pour rappel, un individu en état d' « hypothermie sévère » a été retrouvé le 28 décembre dernier dans le train d'atterrissage d'un vol en provenance d'Algérie à l'aéroport de Paris-Orly.

 

La personne en question, Mehdi Rahmani en l’occurrence,  âgée d’une vingtaine d’années, a été transportée dans un état critique à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil. Le parquet a précisé que l'enquête était confiée à la Gendarmerie des transports aériens (GTA).


Sophie K.

53 vues
bottom of page