top of page

Kamel Issad, ex-directeur d'Algérie Ferries mis sous mandat de dépôt


Kamel Issad, ex-président-directeur général de l'Entreprise Nationale de Transport maritime de Voyageurs (ENTMV), a été mis sous mandat de dépôt suite au scandale de l'arrivée presque vide du navire Badji Mokhtar III au port d'Alger, au début du mois de juin 2022. Le navire était arrivé de Marseille presque vide, et ce « malgré le grand nombre de voyageurs qui voulaient s'inscrire pour cette traversée » selon les résultats de l'enquête.




Le car-ferry Badji Mokhtar III, de type RO-RO PAX a été mis à l'eau au début du mois de septembre 2021, le délai de construction a duré 26 mois.



Le Badji Mokhtar III, disposant de 4 moteurs de propulsion de dernière génération, permettra de réduire la durée des traversées 20h à 17h pour Alger-Marseille, de 10h à 8h pour Alger-Alicante et de 14h à 12h pour Alger-Barcelone, selon ses caractéristiques techniques.



Une enquête avait été ouverte suite aux informations faisant état de « faits de corruption ayant causé préjudice aux citoyens et à l'Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs », en lien avec la traversée controversée du 2 juin 2022.


Ce jour-là, le nouveau navire d'Algérie Ferries est arrivé avec 72 passagers et 25 voitures, alors qu'il a une capacité de 1800 passagers et 600 voitures, les réseaux sociaux ont été envahis de messages de dégoût et de dénonciation. Suite à ce scandale, les services compétents ont ouvert une enquête qui a touché sept hauts responsables de la compagnie maritime.


Une enquête qui aboutira à l'incrimination de cinq d'entre eux, dont trois mis en détention provisoire, soit le PDG, le chef d'escale et le directeur commercial, et deux sous contrôle judiciaire, en l'occurrence le vice-président d'Algérie Ferries et la cheffe du département informatique.



Les Cinq responsables ont été poursuivis pour « délit de gaspillage volontaire, usage illicite de biens et de fonds publics, abus d'influence, abus de fonction en violation des lois et réglementations à des fins d'octroi d'indus privilèges, non-déclaration de biens et enrichissement illicite ».


L'affaire est passée devant le pôle pénal économique et financier du parquet d'Alger. Le verdict est tombé ce jeudi 19 janvier.


L'ex-PDG Kamel Issad a écopé de 6 ans de prison ferme et d'une amende d'un million de dinars.


Le directeur commercial de l'entreprise a, quant à lui, été condamné à 5 ans de prison ferme et une amende d'un million de dinars.


La responsable de la cellule informatique du service de réservation a, de son côté, écopée d'une année de prison avec sursis.


Les deux accusés en fuite, ont été condamnés à 10 ans de prison ferme avec émission d'un mandat d'arrêt international à leur encontre.



La Rédaction


7 vues

留言


bottom of page