top of page

Trois ans de prison ferme requis contre la militante du Hirak, Fatiha Daoudi


Le procès de la militante du Hirak, Fatiha Daoudi, et neuf autres codétenus, s’est ouvert hier, devant le tribunal correctionnel de Sidi M’hamed d’Alger.

Fatiha Daoudi, âgée de 66 ans, Kamel Larbaoui, Ibrahim Bousmina, Bilal Terki, Abdelkader Touil, Zakaria Guerfa, Azeddine Belouicif, Abdelmounaam Terki et Nabil Boubakeur, ont été placés sous mandat de dépôt par le juge d'instruction du tribunal de Annaba, en juillet 2021, pour au moins 12 chefs d’inculpations. Il s'agit entre d'« outrage à corps constitué », « atteinte au président de la République », « atteinte à l'unité nationale ».

Ils ont également été accusés des crimes de « complot et appartenance à une organisation terroriste (Rachad) », en vertu de l'article 87 bis de la section des crimes qualifiés d'actes de terroristes ou subversifs. Des chefs d’inculpations qui finalement ont été requalifiés par le juge d’instruction, en délits.

Le procureur de la République a requis « trois ans de prison ferme assortie d’une amende de 100 000 Da », a rapporté le Collectif de défense des détenus d’opinion.

Le verdict a été mis en délibéré pour le 18 septembre prochain, ajoute la même source.


La Rédaction



13 vues

Comments


bottom of page