top of page

Au-delà des kilomètres: L’édification tardive de l'Autoroute Est-Ouest

Dans une étonnante manifestation de la maxime "Mieux vaut tard que jamais", le dénouement tant attendu a finalement émergé.


L'ultime segment de l'autoroute Est-Ouest, pareille à une épine dorsale reliant les régions, a été livré au grand jour.


Cette réalisation se déploie en une liaison majestueuse, à partir de la cité de Dréan, qui repose paisiblement dans la wilaya d'Al-Tarif, se prolongeant sur une distance considérable de 80 kilomètres jusqu'à rencontrer les frontières tunisiennes.


L'histoire de cette entreprise monumentale, amorcée en l'an 2005, trouve enfin sa conclusion épique en cette année 2023.


Il est indéniable que cette réalisation en a été digne d'un marathon, couvrant une période de dix-huit années, sans même évoquer les prémices des années 90 qui ont contribué à sa genèse.


Cependant, le voile subsiste sur plusieurs pénétrantes, telle celle de Mascara, qui demeurent inachevées et attendant leur heure.


Le calcul de cette entreprise monumentale, en termes de coût, s'apparente à une énigme complexe nécessitant l'intervention d'experts issus des arcanes de la Banque Mondiale.


L'ampleur financière d'une telle entreprise demeure énigmatique, comme une étoile lointaine dont le scintillement pourrait être traduit en chiffres.


L'on peut convenir, sans contestation, que malgré la somme substantielle engagée, le peuple algérien s'est vu octroyer une artère majestueuse couronnée d'aires de repos, ces haltes oasiennes au milieu des étendues d'asphalte.


Mais en marge de cet édifice imposant, la question s'élève : qu'a-t-on gagné en matière de valeur ajoutée technologique ? En contrepartie des longues heures investies et des ressources déployées, quel savoir-faire, quelle expertise technique ont été chéris ?.


Sous le doux murmure de la Méditerranée, l'Algérie est pareille à un continent en quête d'artères nouvelles, de routes et d'autoroutes qui sillonnent son étendue.


Au cœur de cette quête, s'impose une réflexion sur l'héritage laissé par les mastodontes chinois et japonais qui ont œuvré sur ces terres. Durant ces deux décennies, ont-ils insufflé à nos ingénieurs une once de sagesse, une miette de technique ?.


De surcroît, ne serait-il point envisageable de donner naissance à une nouvelle épopée, celle d'une autoroute des hauts plateaux, symétrique à la voie septentrionale, réalisée en partenariat avec nos propres entreprises ?.


C'est un écho à cette interrogation qui retentit dans le souffle du vent, porteur de rêves et d'aspirations.


L'horizon s'ouvre, semblable à une toile blanche en attente de nouvelles créations, de nouveaux récits à ajouter aux pages de cette saga asphaltée.



Blog

20 vues

Hozzászólások


bottom of page