top of page

Algérie: Disparition troublante du détenu d’opinion Brahim Laalami

L'inquiétude grandit autour du sort de Brahim Laalami. Ce militant du « Hirak », mouvement de contestation populaire qui a fait chuter l'ex-président Bouteflika en 2019, semble avoir purement et simplement disparu depuis plus d'un mois.


Condamné en octobre dernier à cinq ans de prison ferme, Brahim Laalami avait été transféré de sa prison de Boussouf à Constantine vers sa ville natale de Bordj Bou Arreridj. Mais à son arrivée, aucune trace de lui. Sa famille demeure sans nouvelles et les autorités restent murées dans un silence assourdissant. 

 

Ce n'est pas la première fois que le sort de ce détenu d'opinion suscite l'émoi. En grève de la faim depuis 83 jours pour protester contre ses conditions de détention, M. Laalami était apparu très affaibli lors de son procès en appel. Au cours de l'audience, le principal témoin à charge était même revenu sur ses déclarations, avouant avoir signé sous la contrainte des procès-verbaux à charge pour l’accusé.


Ces aveux avaient conduit à une réduction de peine, de 8 à 5 ans de prison. Mais ils révélaient surtout les graves entorses au droit commises durant l'enquête : pressions physiques et psychologiques, absence de droits de la défense, présomption d'innocence bafouée.

 

La disparition de Brahim Laalami sonne comme un nouveau glas pour l'État de droit en Algérie. Elle renforce les soupçons de nombreuses ONG sur l'instrumentalisation de la justice à des fins politiques dans ce pays.


SOPHIE K.

115 vues

Comentários


bottom of page