top of page

Sahara occidental: l'ONU hausse le ton face aux “campagnes d'arrestations” du Maroc


Lors d'une conférence sur les droits de l'Homme au Sahara occidental organisée ce dimanche à Genève, l'expert en droit international Mads Andenas a fustigé les agissements du Maroc dans les territoires sahraouis.


Selon l'ancien président du groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire, le royaume chérifien a été “expressément condamné par les organes onusiens pour avoir violé le droit international et humanitaire” au Sahara occidental.


M. Andenas vise notamment les “campagnes d'arrestations et détentions arbitraires” de militants sahraouis. Après avoir rendu visite à des prisonniers politiques sahraouis lors de missions au Maroc, il dit avoir constaté de lui-même “l'ampleur de la violence” et “l'absence de justice”. Des observations corroborées par plusieurs rapporteurs spéciaux et ambassades, confirmant ainsi des “violations systématiques” des droits fondamentaux par Rabat dans ce territoire disputé. 


L'expert s'est dit “profondément préoccupé” par le maintien en détention du groupe de Gdeim Izik, condamné lors de procès inéquitables, et ce “depuis de nombreuses années dans des conditions extrêmement difficiles”. Selon M. Andenas, le non-respect persistant du droit à l'autodétermination au Sahara occidental, en dépit des résolutions onusiennes, ne peut mener qu'à “une absence totale de liberté d’expression et autres droits civils”.


Il estime donc nécessaire de sensibiliser tous les Etats membres des Nations unies sur cette situation critique faisant fi des principes juridiques internationaux. L'ONU et son Conseil des droits de l'Homme semblent ainsi vouloir accentuer la pression sur le Maroc. Mais suffiront-ils à infléchir la position du royaume sur le dossier épineux du Sahara occidental ?


Sophie K/Agences


77 vues

Comentários


bottom of page