top of page

Tiaret: des mesures d'urgence prises par le gouvernement pour approvisionner les populations sous la menace d'une nouvelle pénurie

Après plusieurs semaines sans eau, les habitants de la région de Tiaret, au nord-ouest de l’Algérie, se sont mobilisés pour dénoncer les pénuries. La principale source d’eau, le barrage de Ben Khedda, est à sec.



La principale source d’approvisionnement de la région étant à sec depuis mai, résultat d’une sécheresse de plus en plus grave. Le gouvernement algérien est tout de même parvenu à éteindre les « émeutes de la soif », mais les habitants de la ville de Tiaret, au sud-ouest d'Alger, restent confrontés à un climat de chaleur extrême.


Les images d'enfants, penchés sous un camion-citerne, espérant qu'une goutte d'eau se détache du robinet et la colère des populations ont fini par mettre au pied du mur les pouvoirs publics à Alger. Le président Tebboune est lui-même intervenu en fixant la date de l'Aïd-el-Kébir, le 16 juin 2024, pour approvisionner les habitants de Tiaret.


Le ministre de l'hydraulique, Taha Derbal, s'est même déplacé pour présenter ses excuses, bien conscient, que la région était au bord de la catastrophe sanitaire. « Il est impossible pour les citoyens de vivre dans de telles conditions. Si Dieu le veut, nous pourrons approvisionner les habitants avec 10 000 mètres cubes d'eau, en plus des puits auxquels les services algériens sont connectés pour la distribution », a-t-il décrit.


Même si l'arrivée des camions-citernes et les connexions à des puits forés, en seulement 48 heures, ont démontré l'efficacité des autorités, tout cela ressemble plus à un pansement sur une jambe de bois. Autour de Tiaret, les trois barrages d'alimentation ne disposent plus que de 20% de leurs réserves et depuis des années, la sécheresse empêche les nappes phréatiques de se recharger à cause d'un climat de chaleur extrême.


Depuis le mois de mai, le barrage de Ben Khedda, principale source d’approvisionnement en eau courante de la wilaya de Tiaret, est complètement à sec. Les faibles cumuls de précipitations, associés aux températures qui atteignent les 40 °C, expliquent cette situation. Résultat : les robinets des habitants ne fonctionnent pas.



La rédaction


27 vues

コメント


bottom of page